Passer au contenu principal

Pas de neige, plus de camouflageL’hiver s’adoucit, l’hermine ne blanchit plus

Depuis quelques années les mustélidés mueraient moins, voire pas du tout, durant la saison froide. Info fauna cherche des images qui confirmeraient ce phénomène.

Ici, la blanche hermine en version hivernale.
Ici, la blanche hermine en version hivernale.
Sasha Sanbith

Pour l’instant, ce n’est encore qu’un soupçon, une impression diffuse. Il y aurait de moins en moins d’hermines qui perdraient leur pelage d’été dans nos contrées, parce que nos hivers se tempèrent.

«Cette mue était systématique il y a une vingtaine d’années, mais nous observons de plus en plus souvent des hermines qui conservent leur pelage intermédiaire, et on voit même des individus qui restent franchement bruns en pleine saison froide», explique Simon Capt, biologiste à Info fauna.

En Suisse, le pelage d’été des hermines est traditionnellement brun sur le dos et blanc sur le ventre. Les petits carnivores se métamorphosent, dès octobre, où ils portent une fourrure entièrement blanche, à l’exception du bout de la queue noir, qui permet de les différencier des belettes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.