Passer au contenu principal

MontréalL’ex-producteur Gilbert Rozon doit répondre de viol

Le fondateur du groupe «Juste pour rire» et ancien juré de l’émission «La France a un incroyable talent» a été accusé d’agression sexuelle en octobre 2017.

Gilbert Rozon, dirigeant déchu du groupe «Juste pour rire», est jugé à Montréal.
Gilbert Rozon, dirigeant déchu du groupe «Juste pour rire», est jugé à Montréal.
KEYSTONE

Le procès pour viol et attentat à la pudeur de l’ex-producteur québécois Gilbert Rozon, dirigeant déchu du groupe «Juste pour rire» et ex-juré de l’émission «La France a un incroyable talent», s’est ouvert mardi au palais de justice de Montréal. Reporté pour cause de pandémie de coronavirus, il doit durer toute la semaine.

Gilbert Rozon, 65 ans, avait été inculpé en décembre 2018 pour des faits qui se seraient produits en 1979 impliquant une victime, dont l’identité n’a pas été révélée. Le parquet québécois n’avait pas déposé d’accusations pour treize autres dossiers de victimes.

La victime présumée était âgée de 20 ans et travaillait dans une station de radio au moment des faits reprochés. Elle et Gilbert Rozon se connaissaient. Selon elle, les faits se sont produits après une soirée en discothèque où Gilbert Rozon l’avait invitée.

Avant de la ramener chez ses parents, elle assure que Gilbert Rozon a prétexté devoir récupérer des documents dans la maison de sa secrétaire, où les faits auraient eu lieu. «Il s’est comme jeté sur moi», a témoigné mardi la plaignante, en expliquant que l’accusé avait tenté de l’embrasser avant de la violer quelques heures plus tard, selon la chaîne TVA. Gilbert Rozon, qui nie tous les faits, a plaidé non coupable et a indiqué qu’il avait l’intention de témoigner. Le procès se déroule devant une juge seule, sans jury.

Action collective

Le fondateur du groupe «Juste pour rire» avait été éclaboussé par des accusations d’agression sexuelle en octobre 2017, qui l’ont forcé à quitter ses fonctions en plein mouvement #MeToo. «Ça fait très longtemps qu’on attend ce moment et je ne vous cacherai pas qu’on est un petit peu anxieuses de l’issue de ce procès. Mais en même temps, c’est ce qu’on voulait, il faut qu’il soit traduit devant la justice», a déclaré à la presse l’actrice Patricia Tulasne, porte-parole des «Courageuses».

Selon ce collectif qui regroupe des femmes présumées victimes de l’ancien producteur, ce dernier aurait fait «au moins vingt victimes sur une période de 34 ans, de 1982 à 2016», ce que Gilbert Rozon réfute fermement. «Les Courageuses» avaient intenté une action collective pour demander une condamnation de Gilbert Rozon à des dommages et intérêts, qui a été rejetée par la Cour d’appel du Québec en janvier.

Il y a trois ans, le retentissement de cette affaire, dans le sillage du scandale Harvey Weinstein aux États-Unis et du mouvement #MeToo, avait amené les chaînes françaises de télévision M6 et C8 à déprogrammer des émissions auxquelles Gilbert Rozon était associé. Le groupe québécois «Juste pour rire», en crise à la suite de ces accusations, avait été repris en mars 2018 par l’agence de talents californienne ICM Partners et le comédien canadien Howie Mandel.

AFP/NXP