Passer au contenu principal

Après la pandémie, éviter la criseL’Europe efface déjà l’ardoise du virus avec des euros frais

Des deux côtés de l’Atlantique, les banques centrales sont à la manœuvre pour «monétiser» les dettes contractées dans la lutte contre la pandémie. «Une taxe sur les jeunes générations», prévient l’économiste Patrick Artus.

D’un point à l’autre du globe, les pouvoirs publics déploient des centaines de milliards pour éviter que les entreprises ne mettent la clé sous la porte, comme ce magasin new-yorkais.
D’un point à l’autre du globe, les pouvoirs publics déploient des centaines de milliards pour éviter que les entreprises ne mettent la clé sous la porte, comme ce magasin new-yorkais.
AFP

Cest la grande tentation, alors que la facture des mesures déployées par les États publics pour amortir la crise provoquée par la pandémie du Covid-19 ne cesse de monter. Pourquoi ne pas laisser aux banques centrales le soin deffacer les emprunts contractés pour régler ces dépenses? Facile, elles ont les clés de la machine à billets. Une tentation à laquelle lEurope et les États-Unis ont déjà succombé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.