Passer au contenu principal

Post Feminist Lux

Notre chroniqueuse fondatrice de «Women in Business», WiB-Swiss, préconise une approche moderne du féminisme. Ni hard, ni soft, mais en partenariat avec les hommes qui ne sont pas nécessairement nos ennemis.

Manifestation à Paris devant l'ambassade d'Espagne le 27 décembre dernier contre la modification en cours de la loi sur l'avortement qui restreint le droit des femmes à se faire avorter dans la péninsule ibérique.
Manifestation à Paris devant l'ambassade d'Espagne le 27 décembre dernier contre la modification en cours de la loi sur l'avortement qui restreint le droit des femmes à se faire avorter dans la péninsule ibérique.
AFP

Le féminisme est un peu comme le porno, il se balade sur un continuum. D’un côté le féminisme dur, hard, celui des femmes qui brûlèrent leurs soutien-gorges sur la place publique, «les chiennes de garde», «les salopes», les nouvelles Femen et autres seins à l’air; de l’autre, le féminisme soft, celui qui prônait des écoles ménagères pour les filles, celui qui se veut complémentaire à l’homme, ce pater nosteradulé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.