Passer au contenu principal

TélévisionL’espion qui nous aimait en série

En attendant James Bond encore souffrant du coronavirus, les agents secrets s’activent sur tous les fronts. Feuilleton inépuisable, du «Bureau des légendes» à «Killing Eve» ou «Ozark». Débriefing.

Jodie Comer, révélation en tueuse psychopathe, lesbienne et amoureuse dans «Killing Eve».
Jodie Comer, révélation en tueuse psychopathe, lesbienne et amoureuse dans «Killing Eve».
Laura Radford

Huitième saison et final en beauté pour «Homeland», sixième mission pour «The Americans», cinquième pour «Le bureau des légendes», troisième pour «Killing Eve», «Ozark» et autre «Fauda», bientôt «Deutschland 89»… les séries d’espionnage flambent depuis quelques années avec une remarquable intensité car ces productions venues d’Europe, d’Israël ou des États-Unis démontrent un savoir-faire plutôt brillant qui n’épuise pas le filon. De quoi attendre le prochain James Bond encore souffrant du coronavirus.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.