Passer au contenu principal

La mission spatiale de Space X change la donneBienvenue dans l'espace low cost

La fin fait partie du voyage. Pour les deux astronautes américains qui planent encore à 400 kilomètres au-dessus de nos têtes, le retour sur Terre est prévu ce week-end de fête nationale suisse. Il constituera la partie la plus dangereuse de leur mission, qui peut signer une nouvelle étape révolutionnaire dans la course à l’espace.

S’ils terminent leur périple vivants, ils auront effectué le tout premier vol commercial habité dans l’espace. Car cette fois la mission a été achetée clés en main par la NASA, l’agence spatiale américaine, à la firme SpaceX d’Elon Musk, le visionnaire qui vend également des Tesla un peu partout sur Terre.

Le mot qui compte dans cette affaire, c’est «commercial». Demain, les vols avec des passagers vers l’espace ne seront plus seulement organisés par des nations comme les États-Unis, la Russie et bientôt la Chine. Ils le seront surtout par des entreprises privées qui s’apprêtent à casser les prix des billets.

Cette mission spatiale entièrement imaginée par SpaceX lance aussi la course à l’espace low cost, un peu comme l’arrivée d’Easyjet a révolutionné notre manière de voyager sur Terre.

Car SpaceX n’est pas la seule firme à rêver de développer le tourisme dans l’espace. Elle a des concurrents qui s’appellent Virgin Galactic (la firme de Richard Branson) ou Blue Origin (celle de Jeff Bezos, le PDG d’Amazon).

Le développement de ces entreprises tournées vers les étoiles permet à un acteur comme Tom Cruise de réfléchir à un film qui sera tourné en orbite, dans la Station spatiale internationale. À un prix plus abordable, Virgin Galactic parle d’un baptême de l’espace à 250’000 dollars.

Nous n’avons jamais été aussi proches des étoiles. À une époque où la planète ne parle que de confinement, cette perspective nous aère.