Passer au contenu principal

Colline du MormontPeines de prison et tensions dans les arbres

Le Ministère public a prononcé 45 sanctions immédiates. Sur place, la police a séquestré les effets personnels des deux occupants perchés.

Les deux derniers zadistes ont décidé de rester perchés, sans sac de couchage.
Les deux derniers zadistes ont décidé de rester perchés, sans sac de couchage.
Jean-Paul Guinnard

Après l’évacuation de la ZAD (zone à défendre) du Mormont, mardi, et la manifestation agitée de mercredi soir, deux activistes restent perchés à 15 mètres de hauteur dans des arbres. Non sans tension. Vendredi après-midi, ils ont décidé de rester sur place (voir encadré). Le sort judiciaire des zadistes, lui, était en partie scellé jeudi, malgré les appels à la tolérance et l’abandon des poursuites lancés par l’association Écologie et Altruisme ainsi que la Jeunesse socialiste vaudoise.

Trois mois ferme

La police a interpellé 93 zadistes, dont deux mineurs. Jeudi matin, une quinzaine de personnes se trouvaient encore dans les locaux de police. Toutes ont été libérées en milieu d’après-midi, sauf une. Prévenue de violence contre fonctionnaires, elle a été maintenue en détention provisoire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.