Passer au contenu principal

Découverte scientifiqueLes yeux d’une mouche révèlent leur secret

Grâce à une recherche menée notamment par l’Université de Genève, un revêtement antireflets et antiadhésif peu coûteux à produire pourrait voir le jour.

Agrandissements successifs de l’œil d’une mouche. L’œil est constitué de nombreuses facettes, elles-mêmes recouvertes d’une fine couche de protubérances de quelques dizaines de nanomètres de haut.
Agrandissements successifs de l’œil d’une mouche. L’œil est constitué de nombreuses facettes, elles-mêmes recouvertes d’une fine couche de protubérances de quelques dizaines de nanomètres de haut.
UNIGE

Qui a dit que les mouches ne servent à rien, si ce n’est à nous agacer? Tiens, prenons au hasard une espèce très commune, la mouche du vinaigre. Des chercheurs des universités de Genève (UNIGE), Lausanne (UNIL) et de l’École polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ) se sont penchés plus spécifiquement sur ses yeux. Et ils sont parvenus à reproduire artificiellement, et à très bon marché, le minuscule revêtement (ou nano-revêtement) qui les recouvre. Cette découverte, à lire dans la revue «Nature», ouvre la porte à de nombreuses applications dans divers domaines, dont la santé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.