Passer au contenu principal

CoronavirusLes virus mutés se transmettent désormais entre personnes en Suisse

La Suisse compte désormais des cas autochtones des variants du Covid-19, identifiés d’abord en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud. Au total, le pays compte 127 cas de virus muté.

Ce variant préoccupe passablement la Confédération, au vu de l’augmentation «incroyable» constatée en Irlande et en Grande-Bretagne.
Ce variant préoccupe passablement la Confédération, au vu de l’augmentation «incroyable» constatée en Irlande et en Grande-Bretagne.
AFP

La Suisse connaît désormais des cas autochtones de variants du Covid-19, a indiqué mardi Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Au total, le pays compte 127 cas de virus muté.

Sur ce total, 86 sont liés au virus mutant découvert en Grande-Bretagne, cinq à celui identifié en Afrique du Sud. Trente-six mutations ne peuvent pas être attribuées à l’un ou l’autre variant, a précisé le responsable lors du traditionnel point de presse.

Les autorités s’attendaient à ce que les variants se transmettent un jour sur notre territoire de personne à personne sans lien direct avec un porteur ayant transité par un des pays touchés. Cette nouvelle situation complique un peu plus le traçage. Ce variant préoccupe passablement la Confédération, au vu de l’augmentation «incroyable» constatée en Irlande et en Grande-Bretagne.

Pas d’assouplissement en vue

Le nouveau variant se transmet rapidement ce qui rend la situation très délicate, a déclaré Linda Nartey, médecin cantonale de Berne et vice-présidente de l’association des médecins cantonaux. À Wengen (BE), la propagation du virus muté n’a pas encore pu être contenue. Une personne de Grande-Bretagne serait à l’origine de cette propagation.

Beaucoup de gens sont infectés alors même que les concepts de protection sont en place, a-t-elle dit. Au vu de ce nouveau défi, il s’agit maintenant d’étudier quelles mesures doivent être prises pour maintenir à tout le moins une situation stable, a ajouté Patrick Mathys. Un assouplissement des mesures ne serait pas raisonnable en ce moment.

Interrogé sur les 36 mutations qui n’ont pas pu être reliées aux variants de Grande-Bretagne ou d’Afrique du Sud, Patrick Mathys a indiqué ne pas exclure de nouvelles variations. «En l’état, la méthode n’a pas permis d’attribuer les échantillons de façon concluante à l’une ou l’autre variante», a-t-il déclaré. De nouvelles analyses sont en cours. Pour mieux cerner ce virus muté en Suisse, les capacités de séquençage ont été augmentées, passant à 1000-1500 séquençages d’échantillons. D’autres méthodes par PCR sont également mises en œuvre.

Chiffres toujours trop élevés

De manière plus générale, la situation n’a pas évolué favorablement, selon Patrick Mathys. Le nombre de nouvelles infections stagne toujours à un niveau trop élevé et le taux de reproduction est encore supérieur à 1.

Seules bonnes nouvelles: les hospitalisations et les décès baissent légèrement, ce qui donne un peu d’air au système sanitaire. Dans les hôpitaux, trois quarts des lits en soins intensifs sont occupés. Dans ces unités, 70% des patients sont atteints du Covid. Selon les données actuelles, il n’y a pas eu d’explosions des cas après les fêtes de fin d’année.

ATS