Passer au contenu principal

Bon pour la têteLes trajets vers le travail nous veulent du bien

Souvent jugé trop long ou trop ennuyeux, le fait de penduler offre pourtant des bénéfices pour notre santé mentale. À condition que certaines limites ne soient pas dépassées.

Moment de transition entre des lieux où nous sommes très impliqué, le trajet offre, à qui sait en profiter, une parenthèse de liberté.
Moment de transition entre des lieux où nous sommes très impliqué, le trajet offre, à qui sait en profiter, une parenthèse de liberté.
KEYSTONE

Le déconfinement a sonné la fin progressive du télétravail… Et aussi celle des allers-retours de cinq secondes entre son salon et son bureau. Une quasi-télétransportation à laquelle de nombreuses personnes avaient pris goût, évitant des déplacements quotidiens parfois perçus comme longs et inutiles. Une perte de temps, vraiment, les trajets métro-boulot? Pas sûr, selon une récente étude. Des chercheurs de la Harvard Business School, aux États-Unis, démontrent en effet que le commuting, terme anglais pour désigner le parcours porte à porte entre son cocon et son lieu de travail, peut être bénéfique psychologiquement grâce à son rôle de transition.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.