Passer au contenu principal

Étude Covid-19Les Suisses sont moins nombreux à juger leur qualité de vie bonne

Environ 80% de la population helvétique estime que sa qualité de vie est bonne à très bonne, soit 10% de moins qu’il y a trois mois, selon une étude co-dirigée par l’Université de Zurich. Les jeunes adultes sont particulièrement touchés par la souffrance psychique.

La baisse du moral des Suisses va de pair avec les nouvelles mesures prises à fin octobre et début janvier, selon l’étude.
La baisse du moral des Suisses va de pair avec les nouvelles mesures prises à fin octobre et début janvier, selon l’étude.
KEYSTONE

Environ 80% des Suisses jugent leur qualité de vie bonne à très bonne, selon l’étude Covid-19-Social-Monitor de la ZHAW et de l’Université de Zurich (UZH). Ce sont 10% de moins qu’il y a trois mois. Les jeunes adultes en particulier accusent une souffrance psychique.

Cette étude est menée depuis mars par l’UZH et la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW). Au début de l’automne 2020, la part des habitants jugeant leur qualité de vie bonne à très bonne était encore de 90%.

La baisse observée va de pair avec les nouvelles mesures prises à fin octobre et début janvier, note la ZHAW dans un communiqué diffusé jeudi. Par rapport à fin septembre, la part des personnes qui se sentent souvent seules est passée de 6% à 10%, et celles ressentant une charge psychique de 21% à 28%.

Jeunes davantage touchés

Certains groupes sont davantage touchés, notamment les jeunes adultes de 18 à 29 ans: ils sont 18% à se sentir souvent seuls et 44% à ressentir une charge psychique. «Les valeurs sont plus élevées pour les jeunes dans presque tous les sondages depuis le printemps», indique Oliver Hämmig, de l’Institut d’épidémiologie, biostatistique et prévention de l’UZH, cité dans le communiqué.

L’étude a également mis en évidence que 92% des sondés respectent la plupart du temps les mesures de distanciation, 97% portent un masque et 70% renoncent en grande partie à des visites privées. Ces valeurs ont augmenté au cours des derniers mois. À l’inverse, 30% travaillent la plupart du temps à domicile, soit un peu moins que lors du premier semi-confinement (40%).

Cette recherche a porté sur des échantillons de population de 1500 à 2800 personnes provenant des différentes régions linguistiques et interrogées à treize reprises entre mars 2020 et février 2021. «Même si les résultats montrent une satisfaction en légère baisse, la plupart des gens estiment toujours malgré les restrictions que leur qualité de vie est élevée», conclut Marc Höglinger, de la ZHAW.

ATS

6 commentaires
    Tara Biscottée

    La génération « enfant roi » a du mal à accepter la privation,l’isolement, (provisoire) ...alors qu’on est tous connecté H24 et qu’on peut se parler ou s’écrire jusqu’au bout du monde.

    On peut aussi quand même voir des gens , et sortir après 18h ...

    J’admet que la situation n’est pas drôle et pour certains même dramatique (petits commerces, restaurateurs) pour eux oui c’est terrible...

    Mais on est quand même pas en guerre et la situation va s’améliorer

    Un peu de patience encore.

Articles en relation