Passer au contenu principal

Enseignement et coronavirusLes séjours linguistiques tirent la langue

À l’heure où les aéroports et écoles de langue ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, et où certains pays déclarent la Suisse zone à risque, comment réagissent les organisateurs de séjours linguistiques face à cette crise? Doutes, espoirs, réactions.

Depuis que l’Allemagne a mis la Suisse sur liste rouge, la situation s’est encore compliquée.
Depuis que l’Allemagne a mis la Suisse sur liste rouge, la situation s’est encore compliquée.
DR

Leader en Suisse avec Boa Lingua et ESL, Linguista avec ses 36 ans d’expérience, ne s’attendait pas à un tel défi pour l’année 2020. «En mars, la situation est devenue très difficile et évoluait d’heure en heure», se souvient Claudio Cesarano, directeur. «Avec 2000 clients aux quatre coins du globe, il a fallu jongler pour les rapatriements».

Un vrai casse-tête

«La situation que nous vivons actuellement est un défi pour tout le monde», commente Jessica Monnet, responsable d’agence chez Boa Lingua. «Des restrictions de voyage nous sont imposées, ce qui rend notre vie et celle de nos clients difficiles. La situation change presque quotidiennement (quarantaine, résultats de tests Covid-19 à présenter, etc.) et pour faire face à cette nouvelle dynamique, nous sommes en contact permanent avec les écoles et les clients pour les soutenir».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.