Passer au contenu principal

Fin de l’alerteLe colis suspect des Rues-Basses était un onduleur

La boîte abandonnée sur un trottoir était un appareil électronique et n’était donc pas piégée.

Les Rues-Basses ont été fermées ce vendredi matin à toute circulation et aux piétons.
Les Rues-Basses ont été fermées ce vendredi matin à toute circulation et aux piétons.
Laurent Guiraud

Le colis suspect qui a conduit à la fermeture des Rues-Basses vendredi matin n’était pas piégé. Il s’agissait d’un appareil électronique de type onduleur. Ce constat a été fait après que cette mystérieuse boîte a été transportée en lieu sûr, dans la campagne genevoise.

La chose a mobilisé la police durant toute la matinée de vendredi. Elle a conduit à la fermeture de tout le trafic dans les Rues-Basses. Entre Bel-Air et Rive, plus aucun tram ne passait et les piétons devaient prendre les rues de traverse. Cette chose avait semble-t-il les allures d’un colis suspect.

La police a été alertée à 8 h 30. Place Longemalle, au milieu du trottoir, gisait une boîte noire, grande comme un carton à chaussures, mais en métal. Un objet plutôt incongru au milieu de ces rues commerçantes.

Colis piégé? En tous les cas, les démineurs ont été déployés, avec leurs chiens et leurs petits engins téléguidés. En fin de matinée, il a été décidé de neutraliser la chose, mais dans un endroit confiné, en rase campagne. Un gros convoi, toutes sirènes hurlantes, a ainsi traversé la ville.

En fin d’après-midi, on apprenait que le colis, pas piégé pour un sou, était donc un onduleur. L’enquête devra dire comment il s’est perdu sur ce bout de trottoir.

La police a déployé ses démineurs pour neutraliser la boîte après l’avoir déplacée en lieu sûr.
La police a déployé ses démineurs pour neutraliser la boîte après l’avoir déplacée en lieu sûr.
Laurent Guiraud