Passer au contenu principal

Mesures nationalesLes restaurants referment, mais il sera possible de skier

Le Conseil fédéral durcit le dispositif sanitaire. Vaud utilise son droit de dérogation et reste ouvert, tout comme Genève et le Valais.

Les restaurants romands avaient les yeux rivés sur les annonces de la Confédération, vendredi 18 décembre.
Les restaurants romands avaient les yeux rivés sur les annonces de la Confédération, vendredi 18 décembre.
keystone-sda.ch

Le Conseil fédéral a répondu aux appels des hôpitaux et de la taskforce Covid-19. Du 22 décembre au 22 janvier, tous les restaurants, bars et discothèques resteront fermés. La vente à l’emporter, les restaurants d’entreprises ainsi que ceux des hôtels bénéficient d’une exception. Les tables des hôtels ne devront cependant pas accueillir plus de quatre personnes, sauf pour les familles avec des enfants.

La mesure s’applique également pour les lieux de cultures et de loisirs: musées, cinémas, bibliothèques, ou encore théâtres. Les espaces clos et les espaces extérieurs qui ne sont pas accessibles librement des jardins botaniques et des zoos doivent également être fermés.

Exception pour le ski

Les Suisses pourront passer leurs vacances sur les pistes, mais sans l’après-ski. Le Conseil fédéral ferme toutes les installations sportives, à l’exception des domaines skiables «et autres installations en plein air».

Les plus jeunes (degré secondaire) pourront continuer à pratiquer une activité sportive, également en milieu fermé, à condition de porter un masque et de respecter les distances. On peut renoncer au masque dans de grands locaux, «pour autant que des règles supplémentaires en matière de distance et la limitation des capacités soient appliquées», précise l’ordonnance.

Les plus de 16 ans ont le droit d’exercer une activité sportive qui n’implique pas de contact physique et qui exercée en plein air – seul ou en groupe de maximum cinq personnes, à condition de porter un masque. Les compétitions sont interdites.

Aux cantons de décider

Cela signifie-t-il que tous les cantons romands appliqueront tous ces mesures dès lundi? Le Conseil fédéral prévoit une dérogation pour les cantons dont le R est inférieur à 1 pendant sept jours, et le nombre de cas confirmés est inférieur à la moyenne suisse.

L’évolution de l’épidémie au cours des derniers jours montre que le répit romand est bientôt terminé. À Genève, où le R est repassé à 1, le Conseil d’Etat a décidé de maintenir l’ouverture des restaurants pour l’instant. Les autres cantons sont à la limite: Vaud reste ouvert, tout comme Fribourg, Neuchâtel et le Valais, tandis le Jura est contraint à la fermeture. Si un canton veut utiliser sa dérogation, il doit le faire en concertation avec les cantons limitrophes.

Attention toutefois: à partir du 5 janvier la limite exigée du taux de reproduction sera de 0,9. Si certains cantons romands, à l’instar de Vaud, échappent pour l’instant à la fermeture des restaurants, il leur faudra faire baisser leur taux de reproduction d’ici-là. Sans quoi, ils seront soumis au même régime que les autres.

13 commentaires
    Flemming

    Enfin une décision correcte et cohérent avec nos voisins. Et il ne faut surtout pas réduire les restrictions avant que l'incidence des cas positives et la positivité des tests compatible avec la capacité d'un traçage efficace est atteint. (OMS dit moins que 5 %, les pays qui ont gardé le contrôle ont moins que 2 %)

    Cela permet de garder R au-dessous de 1 avec moins des restrictions sociaux et moindre coûts associés avec ces restrictions.