Passer au contenu principal

Lutte contre le coronavirusLes restaurants et les bars genevois fermeront mercredi soir

Le Conseil d’État annonce que les conditions pour bénéficier d’une exception à la décision fédérale ne sont plus remplies.

Genève, 21 décembre 2020. le Conseil d'Etat tient un point presse spécial Covid en présence de Mme Anne Emery-Torracinta, présidente, M. Mauro Poggia et Mme Nathalie Fontanet, conseiller et conseillère d'Etat.
Genève, 21 décembre 2020. le Conseil d'Etat tient un point presse spécial Covid en présence de Mme Anne Emery-Torracinta, présidente, M. Mauro Poggia et Mme Nathalie Fontanet, conseiller et conseillère d'Etat.
Laurent Guiraud

Terminé, le régime d’exception! À compter du 23 décembre à 23 h, les bars, cafés, restaurants, installations sportives et établissements de loisirs ferment de nouveau leurs portes, sur décision du Conseil d’État. En effet, le taux de reproduction du virus annoncé ce lundi 21 décembre est supérieur à 1, et ne permet plus d’autoriser les restaurants et les bars à continuer leur activité. Les musées et le Jardin botanique sont également touchés par cette décision.

Si les commerces peuvent rester ouverts pour le moment, ils devront néanmoins fermer leurs portes à 19 h, et ne pas ouvrir les dimanches. Les magasins seront également fermés les vendredi 25 et samedi 26 décembre, ainsi que le 1er janvier, mais pourront rester ouverts le jeudi 31 décembre.

Les rencontres et manifestations privées restent limitées à 5 personnes, sauf entre le 22 et 3 janvier, où une limite de 10 personnes, enfants compris, est autorisée.

Le droit fédéral prévoit que ces mesures restent en vigueur jusqu’au 22 janvier. Pour permettre d’éventuels assouplissements, le Canton devra justifier d’un taux de reproduction inférieur à 1 pendant sept jours consécutifs, ou à 0,9 dès le 5 janvier 2021.

156 commentaires
    Olivier Brams

    Toujours sans aides, avec des formulaires retoqués pour un rien, ou pour de mauvaises raisons, nous devons ajuster nos salaires vers le zéro pour faire survivre notre jeune et prometteuse entreprise. Nous ajustons les charges payées à l'OCAS en conséquence, idem pour la LPP qui nous sera remboursée. Les investissements et les achats de marchandises sont tirés vers le bas de la même façon. Dans l'attente des aides improbables, de la fin des vacances de la fonction publique, nous aurons bientôt tout notre temps. Tout est en attente: Paiement des TVA, des impôts, des charges, des assurances, des taxes, des salaires. Si vous vouliez geler l’économie, les entreprises et vos futurs revenus, alors vous ne pouviez pas faire mieux. 1000 bravos. Nos entreprises aussi prendrons des vacances sous peu.