Passer au contenu principal

Prostitution et CovidLes prostituées ont dû s’habituer au sexe masqué

Les travailleuses du sexe et leurs clients doivent se plier à des normes sanitaires strictes. Reportage au Venusia, plus grand salon de massages de Genève.

Au Venusia comme ailleurs, les chambres doivent être désinfectées entre chaque client.
Au Venusia comme ailleurs, les chambres doivent être désinfectées entre chaque client.
Yvain Genevay

«Les clients doivent porter le masque du début à la fin. Ça nous évite d’embrasser 100 mecs par jour.» Si les travailleuses du sexe comme Eva*, du Venusia, trouvent des avantages aux restrictions imposées à leur activité, elles sont toutefois très touchées par la crise du coronavirus. Après trois mois de fermeture, une file de clients patientait dans la rue le 6 juin à minuit pour la réouverture. «C’est humain. Beaucoup de ces personnes commençaient à être psychologiquement en peine», explique la patronne, Lisa Ceszkowski.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.