Passer au contenu principal

Les porteurs de journaux menacés d’une baisse salariale

Le syndicat UNIA et quelques employés d’Epsilon se sont réunis jeudi devant le centre postal de Montbrillant. Ils contestent la décision de La Poste de baisser les salaires des porteurs de journaux.

Image d’illustration.
Image d’illustration.
Eric Roset

Comme d’autres salariés de secteurs essentiels, les porteurs de journaux de la société carougeoise Epsilon ont continué de travailler durant la pandémie. Levés aux aurores, ils répartissent tous les matins les journaux à travers le canton, avant de s’affairer à la distribution des publicités l’après-midi. Seulement voilà, alors que le personnel d’autres domaines essentiels reçoit une prime pour ses services durant la crise, les remerciements de La Poste, propriétaire d’Epsilon, sont tout autres. Un plan de restructuration a été annoncé début mai par le géant jaune. Les salaires des porteurs de journaux seront revus à la baisse. Une décision jugée «indécente» par la section genevoise du syndicat UNIA, qui le faisait savoir jeudi.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.