Passer au contenu principal

SuisseLes PME tanguent au premier semestre

Les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus vont faire très mal au premier semestre et la seconde partie de l’année ne sera pas plus réjouissante.

Quelque 38% des entreprises interrogées ont subi des perturbations de leurs approvisionnements.
Quelque 38% des entreprises interrogées ont subi des perturbations de leurs approvisionnements.
KEYSTONE
1 / 1

Les petites et moyennes entreprises (PME) suisses s’attendent à encaisser au premier semestre les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus. La situation ne devrait guère s’améliorer en seconde partie d’année.

Environ 65% des entreprises sondées s’attendent à un recul de leurs exportations entre janvier et fin juin. Elles sont 33% à tabler sur une baisse de jusqu’à un quart des ventes à l’international, 22% à anticiper un repli de 25% à 50% et 10% à prévoir un effondrement de 50% à 100%, selon l’étude publiée jeudi par Switzerland Global Enterprise (S-GE) et Credit Suisse.

En décembre dernier, avant la crise liée au Covid-19, 53% des PME interrogées s’attendaient encore à une croissance des exportations au premier semestre.

Pas de redressement en vue

Les perspectives ne sont guère plus réjouissantes pour la seconde partie de 2020, où 39% des patrons tablent certes sur une reprise des ventes à l’étranger, mais 38% craignent un nouveau recul. Et ils sont 23% à tabler sur une stagnation.

D’une manière générale, 81% des sondés ont déclaré que la crise du coronavirus avait négativement impacté leurs activités.

L’effondrement de la demande (71%), la diminution du chiffre d’affaires (60%) et les incertitudes quant à la durée de la pandémie et des mesures de protection comme les restrictions de voyage et les fermetures de frontières (47%) ont été cités parmi les principales difficultés rencontrées par les PME.

Quelque 38% des entreprises interrogées ont subi des perturbations de leurs approvisionnements, 19% ont eu des problèmes de liquidité et 15% ont connu des interruptions de production.

ATS/NXP