Passer au contenu principal

Brésil et pandémieLes peuples indigènes menacés par le Covid et Bolsonaro

Les 800’000 autochtones du pays se sentent abandonnés par le gouvernement de Jair Bolsonaro, accusé de démanteler leurs droits depuis le début de son mandat.

Une femme du peuple Yanomami, dans l’État de Roraima, le 1er juillet 2020. La première victime autochtone était un adolescent Yanomami, probablement contaminé par l’un des 20’000 orpailleurs clandestins présents sur son territoire.
Une femme du peuple Yanomami, dans l’État de Roraima, le 1er juillet 2020. La première victime autochtone était un adolescent Yanomami, probablement contaminé par l’un des 20’000 orpailleurs clandestins présents sur son territoire.
EPA/Joedson Alves

«On doit faire face aux envahisseurs de notre territoire, aux incendies et maintenant au Covid-19…» Joint par téléphone, Flay Guajajara n’est même plus désespéré, il a trop l’habitude de lutter. Encerclé par des grands propriétaires terriens et objet de toutes les convoitises des trafiquants de bois du coin, son territoire est une enclave de forêt amazonienne, l’une des dernières de l’État du Maranhão.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.