Passer au contenu principal

Lettre du jourLes oubliés du confinement

Lucien FORTUNATI

Genève, 29 mai

Nos deux pays, aussi bien la France que la Suisse, ont réagi sérieusement sur le plan sanitaire face à ce dangereux Covid-19.

Par contre, à l’heure du Grand Genève, qui a imposé de gros frais de part et d’autre de la frontière, CEVA, Léman Express, Voie verte et autres, il serait souhaitable de se poser quelques questions.

Fort heureusement, dans l’intérêt des deux pays, la frontière est restée ouverte aux travailleurs. Par contre, silence radio en ce qui concerne les résidences secondaires en France voisine; les propriétaires ont pourtant des droits et des obligations.

Que devient leur bien, face aux dangers naturels, aux voleurs et squatteurs éventuels, aux possibles animaux indésirables? Que deviennent prairie et haie, qui doivent être entretenues au sens de la loi? Que deviennent les petits animaux laissés sur place du jour au lendemain, par exemple des poules?

Que devient la boîte à lettres probablement pleine de publicités, mais aussi de colis et de journaux reçus par abonnement? Les factures pour les frais, taxes, eau, électricité, télécommunications, enlèvement des déchets, sont à honorer malgré cette absence prolongée.

Aucune aide, ni dérogation, ni autorisation, ni information ne sont données. Faut-il continuer à attendre jusqu’au 15 juin pour avoir des nouvelles et enfin pouvoir franchir ce mur?