Passer au contenu principal

Nature dérégléeLes oiseaux n’attendent plus le printemps pour pondre

La nurserie de Genthod accueille déjà ses «tombées du nid». En plein hiver. Explications.

Centre ornithologique de réadaptation (COR) à Genthod. Une baby chouette hulotte récupérée le 19 février au Petit-Saconnex.
Centre ornithologique de réadaptation (COR) à Genthod. Une baby chouette hulotte récupérée le 19 février au Petit-Saconnex.
FRANK MENTHA

Chez le colvert, c’est normalement entre mi-mars et fin juillet, le zig-zig printanier qui fait les jolis canetons. Sauf que là, leur arrivée en urgence au Centre ornithologique réadaptation (COR) remonte au 5 février déjà. Une douzaine, des petits éclos du jour, pas trop en forme.

Une «tombée de nid» dans un bac à fleurs haut perché de la rue Lissignol, non loin de la gare Cornavin. La chute a été fatale à la moitié de la portée. Mais l’autre, à l’heure du bain, ce mardi matin à Genthod, affiche une forme rayonnante. Six rescapés nés en plein hiver. Si on compte les trente jours d’incubation, la cane s’est mise à pondre juste après Nouvel-An.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.