Passer au contenu principal

L’invité de la rédaction Les musées face au coronavirus

Alors que l’Europe est frappée de plein fouet par une deuxième vague pandémique de coronavirus, les lieux culturels doivent pour la plupart fermer de nouveau leurs portes au public. L’impact de ces nouvelles restrictions touche de nombreux secteurs dont celui de la culture. Mais, qu’en est-il des musées?

La Suisse possède la plus forte densité de musées au monde avec plus de 1140 établissements, soit près d’un musée pour 8000 habitants. Selon une récente étude de l’OFS, leur fréquentation en 2019 s’élevait au total à plus de 14 millions de visiteurs soit une augmentation de 6% par rapport à 2018. Dans le contexte de crise sanitaire que nous traversons, ce chiffre devrait subir une diminution drastique en 2020.

Pour pallier ces fermetures, les musées font preuve d’inventivité depuis le début de la crise, et lancent des actions originales pour conserver le lien avec leurs publics. À Genève, les musées proposent des web-séries, des feuilletons digitaux ou encore des expositions virtuelles. Des vidéos permettent de découvrir depuis son canapé les collections muséales genevoises, ou encore des activités ludiques à la maison sont proposées aux enfants sous la forme de jeux, de coloriages ou de contes à télécharger.

Sur le plan économique, face à cette pandémie, les musées ne sont pas tous égaux. Ceux qui bénéficient d’une subvention publique ne sont pour le moment pas trop affectés. Par contre, les institutions muséales dont le financement repose essentiellement sur le nombre d’entrées payantes subissent actuellement de fortes pressions, notamment avec l’arrêt du tourisme. En Angleterre, des milliers de professionnels ont déjà perdu leur emploi, alors qu’aux États-Unis, un tiers des musées devraient définitivement fermer leurs portes. Le Conseil international des musées (ICOM) a lancé un cri d’alarme auprès des responsables politiques et des décideurs et demande de toute urgence l’allocation de fonds de soutien pour sauver ces institutions.

Dans la perspective de l’après-Covid-19, quelle que soit la durée de cette crise sanitaire, le monde des musées ne sera définitivement plus comme avant. Les habitudes et les attentes des publics devraient fortement évoluer avec des besoins spécifiques en matière de sécurité sanitaire, mais aussi des exigences plus pointues au niveau de l’offre muséale. En plus, dans le contexte des crises environnementales que nous traversons, on attend des musées qu’ils fassent preuve d’exemplarité en matière notamment d’écoresponsabilité.

Pour répondre à ces nouvelles demandes, les institutions sont appelées dès maintenant à repenser leur fonctionnement, leur gestion des ressources humaines et financières mais aussi leur stratégie et leur positionnement. Avec la crise économique annoncée, la répartition des ressources s’annonce plus que jamais concurrentielle.

Les institutions devront clarifier leurs objectifs et leur rôle dans la société auprès des tutelles et des financeurs si elles entendent maintenir leurs acquis et garantir leur développement.