Passer au contenu principal

La rédactionLes migrants, victimes invisibles du Covid-19

«Les départs des côtes libyennes ont triplé entre janvier et avril comparé à la même période en 2019»

Corps repêchés

7 commentaires
    Point de vue

    La première chose que nous serions en droit d'exiger de ces pays qui exportent leur misère serait qu'ils mettent en place une politique de contrôle des naissances. Ils font des gamins à la pelle en sachant pertinemment qu'ils n'ont pas les moyens de s'en occuper et après on les envoie chez nous, inadmissible. En écoutant les milieux qui défendent ces personnes, nous sommes forcément les méchants et on nous ressort, continuellement, notre responsabilité vis-à-vis de l'Afrique (colonie, exploitation et j'en passe). Cela fait des dizaines d'années que l'Europe et d'autres assistent ces pays à coup de milliard sans résultat majeur. Au lieu de nous culpabiliser les défenseurs de ces pauvres diables feraient mieux d'agir contre les gouvernants de ces pays qui sont souvent des dictateurs ou mafieux que d'aider à la venue des réfugiés car cette politique ne fait que maintenir une situation anormale. Il appartient aux africains de se prendre en mains pour leur futur et non de venir piller nos systèmes sociaux avec la complicité des milieux de gauche qui eux ne voient que des futurs électeurs sans se soucier des questions de finance, d'intégration avec le risque de faire exploser nos sociétés.