Passer au contenu principal

SantéLes mères ayant accouché pendant le confinement devront passer à la caisse

L’OFSP refuse de prolonger le délai de prise en charge des soins post-partum, même si ceux-ci n’étaient pas accessibles pendant la période de fermeture des cabinets médicaux.

Image d’illustration.
Image d’illustration.
Keystone

Après l’accouchement, les jeunes mères bénéficient d’une couverture totale des soins post-partum, sans devoir payer la part relative à la franchise ni la quote-part de 10%, pendant cinquante-six jours. Or, les accouchées de ce printemps se voient pénalisées par le confinement: les cabinets de médecine n’étaient ouverts que pour les soins urgents. De nombreux rendez-vous repoussés à plus tard devront ainsi être à la charge de ces femmes, parfois à 100%: la franchise à 2500 francs continue d’être l’une des plus répandue. Les assureurs, eux, répondent qu’une telle prolongation du délai ne peut se faire sans une modification de la loi. Trop fastidieux.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.