Passer au contenu principal

Présentation de saisonLes Marionnettes de Genève aspirent au septième ciel

Première à s’y risquer parmi les patrons de salles genevois, Isabelle Matter a dévoilé son programme jeudi en chair et en os, depuis le plateau de la rue Rodo.

Fanny Brunet et Delphine Bouvier créeront «Ultra Saucisse», le tout premier spectacle de l’histoire à mettre en scène des chipolatas et des merguez.
Fanny Brunet et Delphine Bouvier créeront «Ultra Saucisse», le tout premier spectacle de l’histoire à mettre en scène des chipolatas et des merguez.
Carole Parodi

«Envolons-nous!» recommandera cette saison 2020-2021 l’affiche du Théâtre des Marionnettes de Genève (TMG). Redéployer ses ailes, c’est bien ce qu’a fait Isabelle Matter jeudi, sur les planches qu’elle ordonne, en y convoquant physiquement les représentants des médias. «On a eu peur, on a eu chaud, mais je suis très très très heureuse de pouvoir vous accueillir!» commence la programmatrice entourée de quatre de ses artistes, devant une petite assemblée bien espacée parmi les fauteuils.

Les ados et adultes adeptes de la série «Black Mirror» se régaleront en octobre devant le cyber-«Ersatz» de Julien Mellano.
Les ados et adultes adeptes de la série «Black Mirror» se régaleront en octobre devant le cyber-«Ersatz» de Julien Mellano.
Laurent Guizard

Après un 90e anniversaire largement chamboulé par le virus (72 représentations annulées sur un total de 284), l’année à venir invitera à «prendre de la hauteur» et à «décoller de nos certitudes»: cramponné à une «étoile bleue» synonyme d’optimisme, on écarte le danger d’une deuxième vague de mesures exceptionnelles. Première bonne nouvelle, la création anniversaire prévue ce printemps, un «Boulevard du minuscule» dû à Claude-Inga Barbey (avec Isabelle Matter à la mise en scène) qui raconte comment un théâtre de marionnettes d’avant-guerre fait face à une pénurie de fil, a pu être «sauvée du Covid» et reportée au printemps 2021.

L’une des marionnettes à fil de «Boulevard du minuscule», sur un texte de Claude-Inga Barbey.
L’une des marionnettes à fil de «Boulevard du minuscule», sur un texte de Claude-Inga Barbey.
Carole Parodi

Le menu complet de quatorze propositions – soit treize spectacles et un «Cabaret en chantier» – veille à l’équilibrage latéral des ailes, pour assurer un vol stable. Aussi les formes, les techniques et les esthétiques de ces cinq productions maisons, cinq accueils et quatre coproductions refléteront toute la diversité de la création contemporaine. Parmi les thèmes abordés, on reconnaîtra les nouvelles technologies, le colonialisme, la différence ou le harcèlement. À l’échelon inférieur des âges cibles, «Comme suspendu» (dès 3 ans) verra Fatna Djahara et Christophe Noël, d’un Théâtre L’Articule spécialisé en spectacles pour les tout-petits, présider en février à la rencontre d’une baudruche et d’une trapéziste, au firmament d’une scénographie en forme de demi-sphère. À l’autre bout du spectre, on assistera à l’épisode 7 du feuilleton genevois «Vous êtes ici», intitulé «Lointemps», sur un texte d’anticipation de l’étonnant Joël Maillard, avec Fanny Brunet dans le rôle de la protagoniste Gepeta.

Adapté d’un album pour enfants, «La petite casserole d’Anatole» file pour les 4 ans et plus une métaphore du handicap.
Adapté d’un album pour enfants, «La petite casserole d’Anatole» file pour les 4 ans et plus une métaphore du handicap.
Cyrille Louge

Pour marquer la réouverture du TMG en septembre, «Comme sur des roulettes» apparaît bien, vu d’ici, comme l’une des créations phares de la saison. Trois plumes féminines (celles d’Aude Bourrier, Magali Mougel et Noëlle Revaz), relayées par trois metteuses en scène (Émilie Bender, Émilie Flacher et Isabelle Matter), décriront en trois brefs chapitres l’héroïsme ordinaire de trois enfants qui explorent les voies respectivement de la résistance, du refus et de la solidarité.

Dans «La conquête», en mai, le théâtre d’objet occupe le territoire d’un corps de femme en guise de castelet.
Dans «La conquête», en mai, le théâtre d’objet occupe le territoire d’un corps de femme en guise de castelet.
Jef Rabillon

Parmi la pléthore de l’offre, on mentionnera encore l’accueil, en mars, d’un «bijou inclassable» réalisé par un fils illustrateur et son père cinéaste, les Français Léon et Bertrand Lenclos. Glissant de l’animation d’objets à la manipulation d’images, de la musique à la marionnette en passant par la magie, «L’envol» épouse les tentatives humaines de s’élever vers les nuages depuis Icare. En prime, des cours pratiques pour monter au septième ciel (dès 8 ans).

Théâtre des Marionnettes de Genève, programme et billetterie sur www.marionnettes.ch