Passer au contenu principal

Revue de presse de la pandémieLes malades du Covid-19 sont contagieux durant onze jours

Des études montrent que la quantité de virus est la plus forte durant cinq jours après les premiers symptômes et que le virus actif est présent neuf jours après. À Genève, l’OMS ne recommande pas le traitement par remdesivir, faute de preuves d’efficacité.

Le virus est actif deux jours avant l’apparition des premiers symptômes et de la fièvre. Ici, la prise de fièvre dans une rue de la ville de Quito en Équateur.
Le virus est actif deux jours avant l’apparition des premiers symptômes et de la fièvre. Ici, la prise de fièvre dans une rue de la ville de Quito en Équateur.
Getty Images

Dans la revue «The Lancet Microbe», des chercheurs anglais ont analysé «79 études mondiales visant à cerner la période de contagiosité maximale des patients atteints de Covid-19 concluent que le virus actif est présent dans les prélèvements de nez jusqu’à neuf jours après le début des symptômes. Cependant, la quantité de virus atteint un pic dès les premiers symptômes et dans les cinq jours suivants. Par ailleurs, des fragments de virus inactifs ont encore été trouvés dans des prélèvements de nez jusqu’à dix-sept jours après le début des symptômes.»
«D’autres études ont montré que les personnes infectées sont également contagieuses quarante-huit heures avant d’avoir des symptômes», précise le professeur Bruno Hoen, infectiologue, directeur médical de l’Institut Pasteur, cité par «Le Parisien». Ce qui amènerait la période de contagiosité à onze jours (deux jours avant les premiers symptômes et neuf jours après).

Une période d’incubation de 11,5 jours

Le quotidien français ajoute que les personnes asymptomatiques peuvent aussi transmettre le virus. «Moins longtemps sans doute que celles qui ont des symptômes. Leur contagiosité est cependant plus faible que les personnes symptomatiques, peut-être parce qu’elles ne toussent pas», commente le professeur Hoen.

«Au final, la contagiosité commence deux jours avant l’apparition des symptômes, soit à la fin de la période d’incubation. Celle-ci est en moyenne de cinq jours. Elle est parfois plus longue, mais 97,5% des personnes qui développent la maladie le feront dans les onze jours et demi suivant l’exposition au virus. La contagiosité avant les premiers symptômes complique la gestion de l’épidémie. En Grande-Bretagne les patients sont tenus de s’isoler immédiatement et pendant au moins dix jours s’ils présentent des symptômes de Covid-19. De même pour leur entourage. En France, la durée prévue de quarantaine est de sept jours dès les tout premiers signes, sauf si la fièvre persiste, auquel cas le patient sera confiné jusqu’à quarante-huit heures après la fin de la fièvre. Pour une personne positive, quoique sans symptômes, la durée d’isolement est également de sept jours à partir de la date où le test a été effectué. La contagiosité avant les premiers symptômes, celles des porteurs de virus asymptomatiques complique singulièrement la gestion de l’épidémie. La rigueur des mesures d’isolement des patients contaminés et de leurs contacts, qu’ils aient des symptômes ou pas, est la clé du succès de la lutte contre l’épidémie. C’est ce qu’ont réalisé certains pays asiatiques comme la Chine, de manière très autoritaire, voire coercitive, mais avec une réussite indéniable», conclut le journal français.

Didier Raoult avait raison sur le remdesivir

Le professeur Didier Raoult avait depuis longtemps émis des doutes sur l’efficacité du remdesivir de la firme américaine Gilead.
Le professeur Didier Raoult avait depuis longtemps émis des doutes sur l’efficacité du remdesivir de la firme américaine Gilead.
AFP

S’il a eu tort sur l’émergence d’une deuxième vague, le professeur marseillais Didier Raoult semble avoir raison sur l’inefficacité du médicament de la firme américaine Gilead connu sous le nom de remdesivir pour le traitement du Covid-19.

«L’usage du remdesivir, antiviral développé par le laboratoire américain Gilead, n’est pas recommandé dans le traitement des malades du Covid-19 hospitalisés, faute de preuves de sa contribution à l’augmentation de l’espérance de vie comme à la réduction du besoin d’assistance respiratoire», a annoncé vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le siège se trouve à Genève. Le comité motive son avis par l’«absence de preuves que le remdesivir améliore les résultats qui comptent pour les patients, comme la réduction de la mortalité, le besoin de ventilation mécanique, le délai d’amélioration clinique et d’autres».

«Cet antiviral administré par voie intraveineuse est l’un des deux seuls médicaments autorisés à ce jour dans le monde entier pour le traitement du Covid-19 mais un essai de grande ampleur coordonné par l’OMS, «Solidarity», a montré le mois dernier qu’il n’avait que peu ou pas d’effet sur le taux de mortalité à 28 jours ou la durée d’hospitalisation», commente l’agence de presse Reuters. L’OMS indique cependant que les essais sur le remdesivir se poursuivent.

13 commentaires
    Baron Samedi

    Onze jours ! Pas dix, pas douze ! Ça c’est de la précision, les potes, me voilà tout rassuré...