Passer au contenu principal

GenèveLes HUG ont soigné 1108 patients Covid-19

Entre le 27 janvier et le 27 juin, les Hôpitaux universitaires de Genève ont soigné plus de patients que les quatre autres hôpitaux universitaires de Suisse cumulés.

Les Hôpitaux universitaires de Genève ont soigné 1108 patients Covid-19 au premier semestre 2020, soit plus que les quatre autres hôpitaux universitaires de Suisse cumulés (archives).
Les Hôpitaux universitaires de Genève ont soigné 1108 patients Covid-19 au premier semestre 2020, soit plus que les quatre autres hôpitaux universitaires de Suisse cumulés (archives).
KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont soigné 1108 patients Covid-19 au premier semestre 2020. La pandémie a eu des conséquences importantes sur les activités et les finances de l'hôpital pendant les six premiers mois de l'année.

La pandémie a mobilisé les HUG du 27 janvier, date de la constitution de la cellule interne de gestion de crise, à fin avril, indiquent mardi les HUG, revenant sur l'activité du premier semestre de l'année. Et de préciser qu'au 27 juin, ils ont soigné 1108 patients Covid-19, soit plus que les quatre autres hôpitaux universitaires de Suisse cumulés.

Dès le 20 mars, les HUG sont devenus l'unique hôpital Covid-19 du canton, avec 1000 lits dédiés aux malades du nouveau coronavirus. Au plus fort de la crise, 552 malades étaient soignés en même temps, dont 67 aux soins intensifs. Le retour progressif à la normale a été entamé en mai. Le nombre de lits Covid-19 est passé à 179 à la fin du mois de mai et doit descendre à 68 dans l'été.

Hausse aux urgences

L'activité standard des urgences pour adultes a été ralentie pendant le confinement. Le service a toutefois connu une hausse de 3,1% par rapport au premier semestre 2019, en raison de la prise en charge des personnes présentant des symptômes compatibles avec le Covid-19. L'activité des différents services d'urgence a repris en juin, avec un nombre d'entrées supérieur de 16,6% par rapport à juin 2019.

Les changements induits par la pandémie, dont la suspension des activités médicales classiques non urgentes, ont affecté les autres départements des HUG. La chirurgie, les neurosciences cliniques et la médecine ont connu un fort ralentissement, tout comme les urgences de gynécologie (-25,2%) et de pédiatrie (-26,7%). La psychiatrie et l'oncologie ont été moins impactées.

La baisse du nombre de cas Covid-19 a permis de relancer les activités courantes de l’hôpital. Globalement, les HUG prévoient un retour à la normale à la fin de l'année. «Il était initialement prévu pour septembre, mais les patients retardent leur venue à l'hôpital pour des choses non vitales, peut-être par aversion», a commenté Nicolas de Saussure, porte-parole de l'institution.

Important déficit

Les recettes hospitalières ont fortement chuté en avril pour remonter ensuite, écrivent les HUG. Le déficit du semestre s'élève à 96,3 millions de francs. Il serait supérieur sans le versement d'un crédit urgent de 15 millions par l'Etat de Genève, qui couvre la baisse des produits d'exploitation. Les frais de personnel et en matériel ont été nettement supérieurs à ceux de l'année précédente.

A noter encore que le taux d'absentéisme a fortement augmenté durant la crise Covid-19, allant jusqu'à 12,4% en avril, contre 8% environ en temps normal. Au 18 mai, 696 collaborateurs sur un total 13'459 avaient été testés positifs au Covid-19, selon Nicolas de Saussure, précisant que ce taux élevé est aussi dû aux absences des collaborateurs à risque ou en quarantaine.

ATS/NXP