Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Assurances maladiesLes hôpitaux surfacturent des prestations aux complémentaires

Selon Monsieur Prix, les coûts facturés par les hôpitaux sont très élevés. Ils vont de 6745 francs en moyenne en division semi-privée, à 8960 francs en division privée (photo d’illustration).

Tarifs très différents

ATS

10 commentaires
Trier:
    Ras-le-bol

    Certes il peut y avoir certains abus, mais cela n’empêche pas les assurances de ne faire « que » 7.5 Mia de bénéfice en 2020… (les chiffres de l’assurance maladie de base et complémentaire ne sont pas « connus », mais sont en réalité semblables! Pour rappel, les assureurs de base ont des réserves triples de ce qui est requis. Réserves = bénéfice… alors que la loi interdit de faire du bénéfice en assurance de base… et qu’ils refusent d’y toucher pour la pandémie de Covid: à quoi servent-elles alors hormis payer des dividendes?). Ne faudrait-il pas regarder une fois ailleurs et cesser de ne taper que sur les prestataires, qui eux fournissent le bien recherché, contrairement aux assureurs et leurs « employés » les politiciens qui ne cherchent que le bénéfice?

    Question subsidiaire: payez-vous le même prix pour une Renault Clio que pour une Audi A4, ou pour un appartement à Ste-Croix que au bord du lac ou pour un kilo de saucisse que pour du filet de bœuf? Ou pour la caissière du supermarché que le Conseiller d’Etat ou Fédéral (ce sont aussi des prestataires de service, et en plus ils ont choisi d’être là…) Je trouve tous ces excès scandaleux… à méditer!

    De plus, l’assurance complémentaire relève du droit privé (et ne regarde donc pas M. Prix) et n’a rien à voir avec l’assurance de base. Il ne faut pas tout mélanger!

    Ceci soulève la question si M. Prix a compris de quoi il parle et s’il est à sa place? (En fait, il est aussi plus payé que la caissière du supermarché…)