Passer au contenu principal

Démocratie directe«Les gens ne vont pas faire la queue pour signer un texte!»

Jugé trop exigeant, le concept de protection qui doit permettre la reprise des récoltes de signatures fait bondir les militants. Berne temporise.

Les collectes de signatures, suspendues en raison de la crise sanitaire, pourront reprendre dès le 1er juin.
Les collectes de signatures, suspendues en raison de la crise sanitaire, pourront reprendre dès le 1er juin.
PATRICK MARTIN

Dès le 1er juin, les militants pourront de nouveau récolter des signatures pour leurs initiatives ou référendums. Mais si ces derniers sautent au plafond, ce n’est pas de joie. La lecture du «plan de protection standard pour les récoltes de signatures dans l’espace public», élaboré par la Chancellerie fédérale et publié mercredi, fait l’effet d’un seau d’eau glacé. «De nombreux points de ce plan sont complètement irréalistes», estime Nicolas Jutzet, vice-président des Jeunes libéraux-radicaux suisses (JLRS), dont le parti récolte actuellement des signatures pour son initiative «Pour une prévoyance vieillesse sûre et pérenne».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.