Passer au contenu principal

Sondage sur la sécuritéLes Genevois veulent plus de patrouilles de police à pied

Les incivilités peinent à diminuer, même si globalement le public se sent plutôt en sécurité. Autres points noirs, le secteur Plainpalais-Jonction-Acacias et le harcèlement de rue.

Des policiers visibles dans la rue constituent un gage de sécurité pour de nombreux Genevois.
Des policiers visibles dans la rue constituent un gage de sécurité pour de nombreux Genevois.
LAURENT GUIRAUD

Moins d’un tiers des Genevois déclarent se sentir en insécurité (32,8%), contre près de la moitié (49,9%) en 2010. Pourtant, les incivilités peinent à diminuer, voire augmentent dans certains quartiers et pourrissent toujours la vie des habitants, qui réclament une présence plus visible de la police. Autre fléau, le harcèlement de rue. Ces constats ressortent du sixième Diagnostic local de sécurité (DLS). Effectué tous les trois ans depuis 2004, ce sondage d’opinion auprès du public dresse les tendances dans le canton, avec une analyse plus détaillée pour les six communes – Ville de Genève, Carouge, Vernier, Meyrin, Lancy et Plan-les-Ouates – bénéficiant d’un Contrat local de sécurité. Principaux enseignements.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.