Passer au contenu principal

BasketballLes Genevois contraints au demi-tour à Bellinzone

Les Lions de Genève ont appris la mise en quarantaine de Massagno alors qu’ils arrivaient au Tessin.

L’entraîneur de Genève Andrej Stimac a sûrement aussi fait la grimace cet après-midi. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
L’entraîneur de Genève Andrej Stimac a sûrement aussi fait la grimace cet après-midi. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
KEYSTONE

Départ de Genève et retour à Genève sans escale. Si les Lions auraient dû affronter le leader de LNA, SAM Massagno, dimanche après-midi, c’était sans compter sur la mise en quarantaine de l’équipe tessinoise, trois heures avant le début cette cinquième journée.

Contacté par téléphone, le distributeur des Genevois Jeremy Jaunin ne sait plus trop sur quel pied danser: «Nous arrivions à Bellinzone lorsque nous avons appris la mise en quarantaine de Massagno. Nous avons fait demi-tour pour revenir au point de départ. C’est une situation un peu bizarre, un peu frustrante, des choses que nous n’avons jamais vécues». Des situations inédites donc pour tout le groupe, dont chaque réaction est différente: «Certains sont frustrés, d’autres sont plus détachés».

Que cela tombe sur l’adversaire le plus éloigné du bout du lac Léman est un coup de malchance: «Ce n’est pas comme un déplacement à Nyon» sourit le joueur de 29 ans.

Mais l’ancien de Fribourg Olympique préfère voir le verre à moitié plein: «Ce qu’il s’est passé cet après-midi est aussi positif, car nous n’avons pas eu de contact avec Massagno. Si nous les avions vus durant l’échauffement ou si la rencontre avait eu lieu, nous aurions sûrement été mis en quarantaine. Mais nous pourrons continuer à nous entraîner la semaine prochaine et c’est vraiment positif».

Le spectre d’un nouvel arrêt de la saison est bien sûr présent dans tous les esprits, même s’il est relégué à un cas de figure possible parmi beaucoup d’autres. «Nous nous sommes préparés à cela. Ce dimanche après-midi, l’État de Genève donne une nouvelle conférence de presse avec de nouvelles mesures. Nous savons que tout peut à nouveau s’arrêter. Mais on prend cette incertitude au jour le jour, en essayant toujours de progresser.»

Les Lions auront donc un dimanche soir bien différent que prévu. Et à nouveau, on sait se montrer flexible: «C’est une opportunité de passer du temps avec mes enfants. L’occasion de passer un dimanche soir en famille», relativise Jeremy Jaunin. Si rien ne vient tout chambouler, le distributeur et les Lions devraient affronter ses anciens coéquipiers fribourgeois la semaine prochaine à 17 h 30 à la salle du Pommier.