Passer au contenu principal

«Multinationales responsables»Les entreprises seront convoquées au rapport ou au procès

Le contre-projet à l’initiative «pour des multinationales responsables» part en conférence de la dernière chance. Avantage Conseil des États.

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter ne veut pas d’un contre-projet trop contraignant à l’initiative «pour des multinationales responsables». Elle a réaffirmé ses convictions, mardi, devant le Conseil des États, à Bernexpo.
La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter ne veut pas d’un contre-projet trop contraignant à l’initiative «pour des multinationales responsables». Elle a réaffirmé ses convictions, mardi, devant le Conseil des États, à Bernexpo.
Alessandro della Valle/Keystone

Rarement une initiative populaire aura autant polarisé, mobilisé, fait peur et convoqué de vérités différentes. Jeudi, une conférence de conciliation – un petit comité réunissant des membres des deux Chambres du parlement fédéralva devoir décider quel contre-projet elle compte adosser à l’initiative «pour des multinationales responsables». L’enjeu est important. Le texte, qui demande que les entreprises domiciliées en Suisse puissent être tenues responsables de violations des droits humains et d’atteintes graves à l’environnement, y compris à l’étranger, part avec de bonnes chances dans les urnes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.