Passer au contenu principal

Lettre du jourLes enjeux démocratiques de l’élection

LAURENT GUIRAUD

Genève,19 mars

La candidature de Delphine Bachmann au second tour de l’élection complémentaire d’un membre du Conseil d’État a donné lieu à des questionnements de principe de la part de certains. L’essence de la démocratie est que c’est au peuple qu’il revient de choisir ses dirigeants. Mais pour cela, il faut que l’élection offre un réel choix. C’est bien là la véritable et la seule question de principe qui se pose dans ce second tour de l’élection au Conseil d’État.

À l’issue du premier tour, force était de constater, et le débat public l’a ensuite démontré, que beaucoup de Genevois ne se reconnaissaient dans aucun des trois candidats restant en lice, que ce soit par rapport aux valeurs qu’ils portent, de certains antécédents ou d’autres raisons. Tout un pan de l’électorat se sentait laissé pour compte.

A partir de là, il n’y avait que deux voies possibles. Soit ne rien faire, avec le risque d’augmenter la frustration auprès de la population, voire l’abstentionnisme. Soit présenter une candidature qui puisse combler ce vide démocratique, et c’est ce que le PDC s’est résolu à faire, après une mûre réflexion.

Avec la candidature de sa présidente, Delphine Bachmann, le PDC n’a pas seulement offert aux Genevois la possibilité d’élire dans leur Exécutif une personnalité qui réunit toutes les qualités requises pour cette fonction. Il a aussi, et surtout, ouvert une nouvelle perspective pour tous les Genevois qui souhaitent avoir un Exécutif à la fois divers, équilibré et consensuel. Un Exécutif qui fonctionne efficacement, sur la base de la collégialité, du dialogue et de la confiance. Un Exécutif qui agisse à la fois dans l’intérêt de l’ensemble des habitants de ce canton, en bonne intelligence avec le parlement, et en bonne intelligence entre ses membres.

Au vu de la situation qui prévalait au sortir du premier tour, seule une nouvelle candidature, celle de Delphine Bachmann, était à même de remplir toutes ces conditions et toutes ces attentes légitimes de la population genevoise. Cette candidature doit donc être saluée non seulement pour ses qualités intrinsèques, mais aussi parce qu’elle est salutaire pour le bon fonctionnement de nos institutions démocratiques.

Christian Pauletto, membre de la présidence du PDC Genève

10 commentaires
    Fabrizio Frigerio

    je vote Maudet, vous n’aimez pas les têtes qui dépassent et surtout les personnes compétantes !!!

    J'aime les personnes compétentes, pas con-pétantes....