Passer au contenu principal

Les deux-roues dans la rueEnviron 2000 cyclistes ont défilé le long de la plaine de Plainpalais

À l’appel des réseaux sociaux, les adeptes de la mobilité douce ont été invités à défendre ce lundi les nouveaux aménagements de pistes cyclables en ville de Genève.

Quand les amoureux du vélo se donnent le mot sur les réseaux sociaux, ça se voit: ce lundi peu après 18h, ils étaient environ 2000 à répondre présent à la mobilisation soutenue par plusieurs associations de promotion de la mobilité douce.

Le cortège débute à l’angle de l’avenue du Mail et de la rue de l’École-de-Médecine. Quelques minutes plus tard, une file continue de pédaleurs borde toute la plaine pour demander à coups de sonnette de pérenniser les pistes cyclables provisoires.

Le cortège débutait de la pointe sud de la plaine de Plainpalais pour se clore vers la place du Cirque. 
Laurent Guiraud/ Tamedia

Père de famille, Raphaël a fait le déplacement avec femme et enfants. Sa pancarte à la main invite à aller au travail à bicyclette: «Je bosse dans l’immobilier, je vote à droite, mais je suis définitivement un pro-vélo!» Manifestement d’un autre bord politique, Christelle, Harvinder et leur fils Nel (6ans) tiennent le même discours: «On vit au Rondeau, on se déplace à vélo, c’est possible dans notre situation. Cette mobilisation le démontre.»

Parmi les associations de soutien, actif-trafiC est ravie d’avoir vu fleurir des pistes cyclables provisoires en Ville: «Dans le cadre du déconfinement, afin d’éviter un rebond du trafic automobile pour cause de maintien de la distanciation physique dans les transports publics, ces nouveaux aménagements ont été installés sur le modèle de ce qui s’est fait à Milan, Bruxelles, Paris ou Berlin.»

L’association relève que «la peinture n’est même pas encore sèche que ces pistes temporaires sont déjà menacées par les milieux automobilistes qui se mobilisent pour les faire supprimer». Estimant que le Conseil d’État, qui se réunit mercredi, est sous pression, les défenseurs de la bicyclette craignent un rétropédalage.

Les manifestants se sont d’abord réunis sur la plaine de Plainpalais.
Laurent Guiraud

Réunissant hier près de 10’000 signatures, une pétition* appelle les autorités à équiper «d’autres tronçons, notamment sur les routes pénétrantes menant au centre-ville, à transformer à moyen terme ces bandes cyclables tracées à la peinture en véritables pistes afin de créer enfin le véritable réseau dont l’achèvement fait défaut à Genève et qui existe dans de nombreuses villes dans le monde».

La manifestation s’est-elle déroulée dans un bon climat? La police genevoise signale quelques frictions entre cyclistes et automobilistes. Ainsi que des perturbations «sur les flux circulatoires avec plusieurs entraves». En clair, des cyclistes ont tenté de bloquer des automobilistes. À noter enfin qu’un groupe de 600 cyclistes (sur 1500 selon la police) a fait cavalier seul après 19h pour se rendre vers le Museum, comme l’ont «déploré» les forces de l’ordre.

*Le texte est soutenu notamment par Actif-Trafic, Pro Vélo, ATE ou encore la section mobilité piétonne du WWF ou l’association des habitants des Pâquis (Survap).

42 commentaires
    Mouais

    Surprenant quand on sait qu a berne la police est intervenue direct pour empecher une manif de gens qui veulent un retour a la normale rapide..dont on a eu aucun résumé des idees arguments dans la presse.. la on laisse faire et la presse relaie l opinion des manifestants...2 poids 2 mesures.. liberté d expression hasardeuse tout de même...