Passer au contenu principal

Encre bleueLes courses solidaires

.

Image d’archive lors d’un Samedi du partage au centre commercial de La Praille.
Image d’archive lors d’un Samedi du partage au centre commercial de La Praille.
Pierre Albouy

Avant, dans une autre vie, le Samedi du partage avait lieu début juin dans plus de 70 grands magasins du canton. Aujourd’hui, ce n’est plus possible, la faute à qui l’on sait.

Les bénévoles étaient donc aux abonnés absents, le 6 juin, pour collecter des marchandises, ce qui a décontenancé de nombreux clients prêts à remplir les cabas dessinés par Zep. Qu’ils se rassurent: cette année, la récolte pour aider les plus démunis a bien lieu, mais en ligne. Il paraît qu’en quelques clics on peut faire ses courses solidaires, comme en vrai. J’ai testé.


Certes, il faut être branché pour participer à cette action. Cela dit, même moi qui suis assez pince sur la Toile, j’y suis finalement parvenue. Encore faut-il aller au bon endroit, une fois sur le site
samedidupartage.ch. C’est-à-dire droit sur la case «E-recolte». Et, là, c’est presque un jeu d’enfant.
On entre alors dans un magasin sur les pas d’une famille qui s’arrête devant des rayons. On peut choisir des cabas tout faits d’une valeur de 20 ou de 40  francs, ou alors composer le sien à partir des produits d’hygiène ou des denrées non périssables proposés.


Ces articles sont dessinés. Le client en ligne ne voit donc pas de publicité pour une marque, mais simplement le poids et le prix du produit choisi. Il suffit ensuite de pousser le chariot jusqu’à la caisse, qui se fait sans masque, et de payer. Sur demande, on peut obtenir une attestation de don pour tout montant égal ou supérieur à 10  francs.


Est-ce que ça marche? Les premiers résultats sont très encourageants, dit-on du côté de l’Hospice général. Depuis le lancement de l’opération, le 5 juin, ça n’arrête pas!
Lundi après-midi, les premières estimations ne se faisaient pas en tonnes de denrées, mais en montants récoltés: plus de 50’000 francs. Et ça va durer jusqu’au 30 juin, qu’on se le dise!