Passer au contenu principal

Partage de la facture sociale«Les communes ne doivent pas tout accepter»

Deux Vaudoises mettent en garde les magistrats des municipalités genevoises.

Distribution de nourriture à la patinoire des Vernets.
Distribution de nourriture à la patinoire des Vernets.
Laurent Guiraud/ Tamedia

Quarante-quatre millions. C’est la somme que le Conseil d’État veut ponctionner aux communes en 2021 par le biais du projet de loi dit écrêtage, actuellement étudié par les députés. Ce montant est exigé comme participation à la facture sociale. Aujourd’hui, ces frais sont intégralement assumés par le Canton. Avec cette nouvelle participation, le gouvernement espère réduire l’effet ciseau – l’augmentation plus rapide des charges que des revenus – lié à ces dépenses qui creusent sa dette.

Genève n’est pas le premier canton à penser à reporter une partie des charges sur les communes pour assainir ses finances cantonales. Plombé par une dette comparable au début des années 2000, Vaud, dont on loue aujourd’hui la bonne santé financière, a eu recours à la même stratégie. Dans d’autres proportions et avec des conséquences non négligeables.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.