Passer au contenu principal

Élection complémentaire au Conseil d’ÉtatLes candidats divisés sur les droits politiques des étrangers

L’octroi de l’éligibilité au niveau communal et des droits complets au niveau du canton séduit uniquement à gauche.

Un projet de loi qui octroierait aux résidents étrangers les droits politiques complets au niveau cantonal et communal est au programme du Grand Conseil de cette semaine.
Un projet de loi qui octroierait aux résidents étrangers les droits politiques complets au niveau cantonal et communal est au programme du Grand Conseil de cette semaine.
Pierre Albouy

L’association Droits politiques pour les résident-e-s à Genève (DPGE) ne lâche jamais son os. Profitant de l’élection complémentaire au Conseil d’État du 7 mars, elle a demandé aux huit candidats en lice s’ils étaient favorables ou non à l’octroi de nouveaux droits politiques aux étrangers résidents de Genève. Quatre sur huit ont répondu: Pierre Maudet (indépendant), Fabienne Fischer (Verts), Morten Gisselbaek (Parti du travail) et Olivier Pahud (indépendant).

Le sujet est d’actualité au niveau parlementaire puisqu’il est inscrit au programme de la session de cette semaine un projet de loi qui accorderait l’éligibilité et le droit de vote à l’échelon communal et cantonal. Il est toutefois loin d’être certain que cet objet – qui avait trouvé une fragile majorité en Commission des droits politiques – puisse être traité jeudi ou vendredi.

Mais le comité de l’association est impatient, et il s’est fendu «d’une exhortation écrite» au parlement. Il espère «inspirer autant que possible les députés à ne pas laisser passer cette chance historique de soumettre ce projet au verdict d’une votation populaire pendant la présente législature».

Pierre Maudet nuancé

S’agissant du résultat du sondage, «les deux candidats de gauche (Fabienne Fischer et Morten Gisselbaek) soutiennent le projet de loi susmentionné, ainsi que, en général, l’octroi des droits politiques à tous les résidents genevois, alors que Pierre Maudet et Olivier Pahud s’y opposent», note le DPGE.

La position de Pierre Maudet sur cette thématique est en réalité plus subtile, puisqu’il explique, dans un commentaire à l’association, être en faveur de l’éligibilité des étrangers sur le plan communal. Au niveau cantonal, il estime en revanche que la voie à suivre est la naturalisation, laquelle doit être facilitée. Et de rappeler qu’il a participé en 2005 à la campagne de votation qui a débouché sur l’accession au droit de vote communal pour les étrangers résidant depuis au moins huit ans sur le territoire.

L’appui des deux candidats de gauche apporté au projet de loi est en revanche total. «Ce droit est important pour les personnes concernées, a commenté Fabienne Fischer. Il leur permet de s’intégrer à la vie politique et démocratique de notre canton, et leur confère une responsabilité citoyenne pleine et entière. La participation aux élections et aux votations apporte une meilleure compréhension des enjeux de société, une plus grande cohésion sociale et un plus grand sens de la solidarité entre toutes et tous.»

63 commentaires
    Bu

    Voilà que ça séduit seulement la gauche.