Passer au contenu principal

Élection complémentaire du Conseil d’ÉtatLes candidats débattent et se combattent sur le rôle de l’État

Gestion de la pandémie, environnement, finances publiques: mardi, sept des prétendants à un siège au gouvernement genevois ont livré en direct leurs recettes.

Mardi, sept des candidats à une place au Conseil d’État se sont affrontés en ligne, mesures sanitaires obligent. Le débat était organisé par le Club suisse de la presse et la «Tribune de Genève».
Mardi, sept des candidats à une place au Conseil d’État se sont affrontés en ligne, mesures sanitaires obligent. Le débat était organisé par le Club suisse de la presse et la «Tribune de Genève».
Laurent Guiraud

À l’exception de Pierre Maudet, qui a décliné l’offre, tous les candidats à l’élection complémentaire du Conseil d’État du 7 mars avaient répondu présent à l’invitation à débattre, ce mardi, lancée par le Club suisse de la presse (CSP) et la «Tribune de Genève». Ce qui a offert au public de ce débat en ligne une belle palette de positions, parfois contradictoires, sur les thématiques centrales du moment: la gestion par les autorités de la pandémie, l’environnement et la mobilité, ainsi que les finances publiques.

Ont confronté leurs visions et livré quelques recettes l’écologiste Fabienne Fischer, le député PLR Cyril Aellen, le conseiller national UDC Yves Nidegger, le conseiller national Vert’libéral Michel Matter, Morten Gisselbaek (Parti du Travail), Yann Testa (président de la section genevoise du Parti bourgeois-démocratique) et l’indépendant Olivier Pahud. Le débat était animé par Pierre Ruetschi, directeur du CSP, Frédéric Julliard, rédacteur en chef de la «Tribune de Genève», Sophie Davaris, rédactrice en chef adjointe de ce titre, ainsi que les journalistes Marc Bretton et Marc Moulin.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.