Passer au contenu principal

Cambriolage violent à GenèveLes braqueurs du home-jacking de Plan-les-Ouates condamnés

Munis d’un couteau et de tournevis, des jeunes avaient menacé et volé un couple en pleine nuit dans sa villa en 2016.

Les malfrats ont pénétré dans le domicile familial à 4 heures du matin. (Image d’illustration)
Les malfrats ont pénétré dans le domicile familial à 4 heures du matin. (Image d’illustration)
Keystone

La Cour d’assises de l’Ain, à Bourg-en-Bresse, a rendu jeudi, très tard le soir, son verdict dans l’affaire du cambriolage violent survenu dans une villa de Plan-les-Ouates le 4 février 2016.

Le magistrat du Parquet a décrit un «monde de la voyoucratie, sans foi ni conscience morale, avec une loi qui n’est pas la nôtre, celle du silence, des menaces, des pressions et des représailles» et un braquage «prémédité», comme le rapporte un confrère du régional «Le Progrès». Les trois cambrioleurs ont été jugés pour «vol avec armes», soit l’équivalent du «brigandage» dans le Code pénal suisse.

Le «meneur» du home-jacking, un homme de 26 ans, a été condamné à 9 ans de réclusion. Il avait d’abord nié sa culpabilité, avant de reconnaître les faits, durant le procès qui a débuté le lundi 8 mars. Celui qui est décrit comme un «petit caïd inspirant la peur, intelligent et manipulateur», venait d’effectuer un an de détention provisoire pour une affaire similaire à Bourg-en-Bresse. Il avait participé au vol et à la séquestration durant deux heures d’une femme de 81 ans et de son jardinier, en 2013.

Une lame de 18 cm sous la gorge

Les deux autres cambrioleurs de l’agression de Plan-les-Ouates ont, eux, écopé d’une peine de 7 ans d’emprisonnement. Le premier, âgé de 31 ans, avait «mis un couteau à la lame de 18 centimètres sous la gorge» de la femme surprise dans son lit cette nuit-là. Le second, un homme de 28 ans, avait forcé le conjoint à vider son coffre et l’avait menacé en simulant la présence d’une arme à feu dans sa veste.

Selon l’enquête, les jeunes filles présentes ce soir-là n’étaient pas au courant de l’organisation du home-jacking. L’une d’elles a, toutefois, été condamnée, jeudi, à douze mois de prison avec sursis pour blanchiment d’argent pour avoir changé en euros l’argent suisse dérobé.

«La Cour d’assises a identifié l’extrême dangerosité de ces individus. Mon client est satisfait des décisions rendues par la justice», indique Me François Canonica, qui défend le père de famille.

L’attaque du logement de Plan-les-Ouates a été particulièrement brutale. Le couple, endormi au moment des faits, avait été tiré brusquement de son sommeil par les malfrats. Sous la menace d’un couteau et d’un tournevis et alors que leurs deux enfants dormaient dans une pièce proche, ils avaient été contraints de donner leurs liquidités et objets précieux. Le butin s’élevait à 30000 francs (soit 27000 euros).

3 commentaires
    René B.

    9 ans pour un recidiviste !! Avec la préventive dans 2 ans il est libre.