Passer au contenu principal

Amendes de proximitéLes amendes pour non-respect de la distance, c'est fini!

Le Conseil fédéral a supprimé cette mesure prise pour lutter contre la pandémie. Il mise sur la responsabilité individuelle des citoyens.

Les policiers ne distribueront plus les prunes aux personnes qui se tenaient à moins de 2m les unes des autres.
Les policiers ne distribueront plus les prunes aux personnes qui se tenaient à moins de 2m les unes des autres.
KEYSTONE

Le Conseil fédéral a décidé de supprimé les amendes pour non-respect de la distanciation sanitaire. Dans le cadre des mesures d'assouplissement actuelles, il mise de plus en plus sur la responsabilité de chacun.

Dans ce contexte, il reste recommandé de maintenir la distance de deux mètres entre chaque personne. Cependant, compte tenu du faible nombre de cas actuels, une approche punitive ne semble plus justifiée, a indiqué un porte-parole de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) à Keystone-ATS, confirmant une information des journaux alémaniques du groupe TX.

En outre, dans le cas de rassemblements de 30 personnes maximum, on peut supposer qu'une proportion suffisante des personnes rassemblées se connaissent et qu'il est possible de déterminer qui était présent afin de pouvoir procéder à la recherche des contacts, a ajouté le porte-parole.

Il reste un risque d'amendes

La mesure porte uniquement sur la sanction du non-respect de la distance de deux mètres, a-t-il souligné. L'ordonnance sur le coronavirus prévoit toutefois encore des amendes, notamment pour les rassemblements de plus de 30 personnes ou le tourisme d'achat.

L'ordonnance prévoyait une amende de 100 francs en cas de non-respect de la distance sanitaire. De telles amendes ont été appliquées dans plusieurs endroits mais, en pratique, de vifs débats ont eu lieu sur la manière d'interpréter cette règle. L'OFSP ne donne pas de chiffre sur le nombre d'amendes infligées, renvoyant aux cantons, compétents en la matière. Selon les journaux, l'OFSP a informé la semaine passée les cantons de l'abandon de ces amendes. Il réfléchit à la manière d'informer le grand public.

50 000 téléchargements de Swisscovid

Par ailleurs, l'Office fédéral a confirmé le chiffre d'environ 50’000 personnes ayant téléchargé l'application de traçage de contacts Swisscovid, mentionné mercredi par «Le Temps». A savoir 37 000 utilisateurs de téléphones Android et 12 000 propriétaires d'iPhones.