Passer au contenu principal

FootballL’ensemble des joueurs ukrainiens testés négatifs

La sélection nationale d’Ukraine a subi une nouvelle batterie de tests mercredi à Kiev, au lendemain du renvoi de la rencontre contre la Suisse. Tous se sont avérés négatifs.

La Suisse n’a pas pu avoir sa revanche sur l’Ukraine mardi soir.
La Suisse n’a pas pu avoir sa revanche sur l’Ukraine mardi soir.
Keystone

Quelle proportion pourrait prendre cette information? C’est toute la question, tandis que la sélection nationale d’Ukraine vient d’annoncer que l’ensemble de sa délégation (hormis les joueurs d’ores et déjà testés positifs) est négative au Covid-19. À leur retour à Kiev mercredi, tous les joueurs se sont livrés à un nouveau test, mené par un laboratoire certifié par l’UEFA. Ceux-ci sont donc formels, aucun nouveau cas n’a été détecté.

Mardi, le médecin cantonal lucernois avait pourtant ordonné la quarantaine de l’ensemble de groupe présent en Suisse. Pour prendre sa décision, il s’était basé sur le nombre de cas croissants et incontrôlés au sein de l’équipe ukrainienne, dont neuf joueurs avaient été contrôlés positifs dans les jours précédents. Résultat, la rencontre décisive de Ligue des Nations prévue mardi soir face à la Nati a été annulée, et son sort placé entre les mains de l’UEFA.

Une annonce qui tombe à pic

L’instance dirigeante européenne planche sur l’affaire depuis. Doit-elle replacer le match à une nouvelle date, bien que le calendrier international soit déjà saturé? Procéder à un tirage au sort pour désigner le gagnant ou un match nul? Ou alors trancher par elle-même et décider d’une victoire par forfait pour l’une ou l’autre équipe (ce qui signifie reléguer le perdant en Ligue B)?

Puisque ce dernier cas de figure semble le plus probable, l’annonce des tests négatifs ukrainiens tombe à pic pour la sélection d’Andreï Shevchenko. On imagine volontiers la démarche là-derrière. L’Ukraine a toujours annoncé vouloir jouer ce match malgré les circonstances, les autorités suisses puis l’UEFA le lui ont interdit, elle prouve aujourd’hui que la tenue du match n’aurait pas constitué un risque de propagation du virus. Voilà qui pourrait peser son poids au moment du jugement de l’UEFA. Ou alors lors d’éventuelles suites devant la justice.

3 commentaires
    Bullshit Detector

    On ne peut s’empêcher de se demander à combien de cycles d’amplification (RT) le laboratoire lucernois a procédé...

    Parce que si c’est comparable à ce qu’on inflige au commun des mortels en Suisse (autour de 40...) il n’est pas étonnant de trouver autant de «cas» positifs chez les joueurs ukrainiens.

    J’ai hâte de connaître la fin de l’histoire - ou comment la Suisse continue de s’infliger des autogoals dans tous les domaines...