Passer au contenu principal

Nous vivons le déclin des conversations téléphoniques

Le coup de fil, ce n’est plus si facile. Les adolescents ne téléphonent plus guère. Mais l’habitude se perd aussi dans les générations antérieures. Phobie collective? Qu’est-ce que cela cache?

Le temps des longues conversations téléphoniques semble révolu. Ce n’était pas le cas auparavant. On prônait même la concision pour éviter les abus.
Le temps des longues conversations téléphoniques semble révolu. Ce n’était pas le cas auparavant. On prônait même la concision pour éviter les abus.
Lambert/GettyImages

D’abord on n’y a pas pris garde. Puis, un jour, on a eu l’impression que quelque chose avait changé. Dans le train ou le bus, les gens restaient rivés à leur smartphone, mais le brouhaha des conversations téléphoniques avait faibli. Moins de sonneries claironnantes, moins d’intimité étalée au grand jour: ce n’était pas plus mal. Et on s’est dit aussi que cela ne concernait pas seulement les autres.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.