À la TV, l’émission radio «Forum» ne trouve pas son public

Après sept semaines, le défi de la radio filmée pour l’émission d’actualité «Forum» sur La Première n’est pas encore gagné. À l’interne, ça grimace sec.

Le plateau de l’émission «Forum». Le grand débat de vingt minutes, trop approximatif, est une des principales cibles des critiques.

Le plateau de l’émission «Forum». Le grand débat de vingt minutes, trop approximatif, est une des principales cibles des critiques. Image: Capture d'écran RTS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelque 6500 «téléspectateurs» quotidiens en moyenne sur RTS Deux, soit l’équivalent de la petite ville de Porrentruy (JU). Selon les informations communiquées pour la première fois par la Radio Télévision Suisse, c’est le score obtenu par la vénérable émission d’actualité «Forum».

Début en douceur ou échec annoncé? Toujours est-il que le pari de la radio filmée n’obtient pas encore les faveurs de la grande foule. La réalité générale est crue: l’audience radio s’effrite. Dans les bons jours, l’émission est suivie par 60 000 personnes. C’est comparable au «12h45» sur RTS Un.

«Bienvenue dans «Forum» jusqu’à 19 h, sur La Première et sur RTS Deux…» La nouvelle formule de l’émission phare de la RTS radio, entamée le 3 juin, était bourrée de promesses. Une première partie «dynamique et ramassée dédiée à l’actualité chaude», puis un débat d’une vingtaine de minutes, histoire d’approfondir les choses, et un module citoyen pour la fin de l’émission.

Seulement voilà, malgré les mois de réflexion sur le fond et la forme, les lourds efforts consentis par la direction pour capter de nouveaux publics et construire des ponts entre ses différents médias, la radio filmée ne convainc pas. Dans son studio tout neuf à 1 million de francs, la RTS ne trouve pas (encore?) son public, alors même que des millions de francs d’économie sont encore prévus à la RTS, selon le plan d’austérité présenté après la votation «No Billag».

Le budget n’a pas prévu de maquilleuse

Il est vrai que le nouveau studio lausannois impressionne à la Sallaz: neuf caméras, un grand mur image et même un rail de travelling pour faire bouger tout ça autour des intervenants. Comme dans une vraie télé, il y a même un régisseur plateau. Alors quoi? Tout ça pour ça? Le concept est-il boiteux?

«C’est une grosse désillusion, à l’interne comme à l’externe, déclare un journaliste radio qui tient à son anonymat. La spontanéité et la réactivité qui font l’essence même du média radio ont presque disparu.» Il va plus loin, pointant un manque de formation en amont et reproche un mélange des genres.

«Je ne me reconnais plus dans mon métier et me sens coincé dans quelque chose qui n’est pas maîtrisé. Il n’est pas donné à tout le monde de lever les yeux de sa feuille pour regarder un objectif. Je me sens bloqué par les caméras.» C’est l’un des problèmes majeurs: une infrastructure trop lourde. Alors même que le budget n’a pas prévu de maquilleuse. Donc chacun se poudre comme il peut.

«Sans maquillage, on a l’air cadavérique. On fait de la télé au rabais et ce n’est plus de la radio, s’agace un autre journaliste.» Directeur de l’actualité à la RTS, Christophe Chaudet s’en défend: «Forum» n’a fait aucune concession radiogénique ni éditoriale au fait d’être filmé. Il n’y a aucune perte de souplesse ou de réactivité.»

Un grand débriefing a eu lieu un mois après le lancement de l’émission. Plusieurs journalistes ont émis des doutes sur la nouvelle ligne éditoriale. Trop approximatif, le grand débat de vingt minutes ne fait pas l’unanimité. Un cadre a même déclaré que la nouvelle mouture était «indigne» de la RTS. Résultat? Aucun changement n’a été perceptible à l’écran. Et au final, seuls une caméra et un spot ont été déplacés, déplore un confrère.

À la question de savoir si «Forum», c’est désormais de la télé et/ou de la radio, la présentatrice Elisabeth Logean est formelle: «Nous privilégions avant tout la radio et ne voulons surtout pas perdre la souplesse qui fait sa richesse. C’est une sorte de laboratoire. Nous n’avons pas vocation à ressembler à une émission de télévision classique.»

Des erreurs de jeunesse à corriger

Quant à la réalité des chiffres TV, Christophe Chaudet n’est pas inquiet. «On peut comprendre que le public ne soit pas encore fidélisé à ce rendez-vous. À plus forte raison après sept semaines seulement. Si, au final, nous captons un public de niche sur RTS Deux, dans une case (18-19 h) particulièrement difficile en télévision – une grande partie des chaînes proposent des émissions de divertissement à cette heure-là – alors nous serons satisfaits.»

Dans la Berne fédérale, de source sûre, ce n’est pas la satisfaction qui domine. Plusieurs politiciens, jusqu’au plus haut niveau de l’État, se sont plaints officiellement de l’image que la radio filmée renvoyait d’eux-mêmes. Dans «Le Matin Dimanche» du 12 mai, des élus prédisaient déjà un échec du concept. Provocateur dans l’âme, Jean-François Rime (UDC/FR) évoquait même l’idée d’un boycott, à propos des déplacements dans le studio lausannois.

Pas sûr que les audiences actuelles ne donnent pas le même genre d’idées à ses collègues parlementaires. Christophe Chaudet reconnaît des erreurs de jeunesse. «Il y a encore un côté un peu figé, mais c’est normal en période de rodage. Nous avons identifié quelques longueurs, parfois, sur le débat principal. Une réflexion est en cours sur l’invité de dernière partie.»

Marc-Henri Jobin est le directeur du Centre de formation au journalisme et aux médias à Lausanne (CFJM). S’il ne veut pas se prononcer sur l’émission, qu’il n’a regardée que deux fois «à cause de ses horaires de travail», il nuance: «Le principal intérêt de la radio filmée, c’est qu’elle permet de faire vivre plusieurs fois l’émission «pendant» et «après» en mettant en exergue les meilleures séquences en bref sur les réseaux.» L’équipe de «Forum» mise en effet sur la mise en ligne de capsules vidéos sur les réseaux sociaux et au «19h30». Un dispositif quotidien sera mis en place dès la fin du mois d’août.

Créé: 20.07.2019, 22h30

Articles en relation

La radio s’ouvre à la télé pour être mieux entendue

Médias Les caméras se multiplient dans les studios. L’émission «Forum» sur la Première a passé le cap. Plus...

En quête d’un cap, Radio Lac vogue en eaux agitées

Média Entre départs et licenciements, la rédaction a été bien chamboulée. La radio dit vouloir offrir une info différente. Plus...

Les audiences radio et télévision restent stables

Suisse Les Suisses restent friands de médias, à raison d'une consommation quotidienne de 93 minutes pour la radio et 136 minutes pour la télévision. Plus...

«Après la radio filmée, la télévision sans l’image»

Le Matin Dimanche L'organisation de la RTS, l'actu chiffonnée par Claude-Inga Barbey dans sa vidéo «Olé!» N°41. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...