Le tueur présumé de 19 ans a déjà un lourd passé de taulard

Le Vaudois, qui a avoué le meurtre d’un jeune homme à Yverdon, a déjà fait de la prison pour mineurs. En 2016, il a été condamné à une lourde peine de 10 mois. L’ado terrorisait la vallée de Joux.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pedro* connaît bien les prisons pour mineurs. Aujourd’hui, ce récidiviste d’à peine 19 ans découvre le pénitencier pour adulte. Il a été arrêté, mercredi 21 novembre à la vallée de Joux où il habite, par les forces spéciales de la Police cantonale vaudoise. Le soir même, il avouait aux enquêteurs avoir tiré quelques jours plus tôt sur un jeune homme (21 ans) dans le parc des 4 Marronniers à Yverdon-les-Bains. La victime a été mortellement blessée par une balle tirée dans la tête. Sur le lieu du crime, la police a retrouvé un paquet d’un demi-kilo de marijuana. Trois complices ont été arrêtés.

Qui est ce présumé coupable? «24 heures» dressait hier le portrait d’un délinquant en décrochage scolaire. Des amis précisaient «qu’il n’était pas un caïd». Notre enquête complète ce tableau. Au moment de tirer dans la tête de sa victime, Pedro possède déjà un lourd passé de taulard. Ce Combier culotté serait capable de prendre son repas dans un restaurant qu’il vient de cambrioler. Le soir de son arrestation, c’est la première fois que Pedro avoue un meurtre. Ce n’est pas la première fois, en revanche, que ce segundo espagnol affronte la justice. Le jeune homme connaît bien les prisons pour mineurs. En août 2015, il effectue à l’âge de 14 ans un court séjour à l’établissement Aux Léchaires à Palézieux (VD). Par la suite, il y fera deux autres passages. Mais ce n’est pas tout. Le mineur a aussi été placé, en 2016, au centre éducatif fermé de Valmont à Lausanne et à l’institution d’éducation spécialisée de Saint-Raphaël à Sion.

Le 21 décembre 2016, c’est le coup de massue. Le Tribunal des mineurs le condamne à dix mois de prison pour des faits commis en partie à l’âge de 15 ans. Cette peine est sévère pour son âge. La Cour le contraint aussi à payer un total de 70 000 francs de dommages et intérêts réclamés par une vingtaine de plaignants. Enfin, le Tribunal requiert la prolongation de la détention pour des motifs de sûreté.

Nous avons pu consulter l’acte d’accusation de ce procès atypique. Le document de 17 pages dresse le profil du personnage: Pedro est un délinquant en série. Du 18 mars 2015 au 16 avril 2016, il a commis plus de trente délits. Soit plus de deux infractions par mois, principalement à la vallée de Joux. Le jeune homme n’a aucune limite. Il alterne la petite incivilité dans la rue, le cambriolage d’une villa ou d’un commerce, le trafic de marijuana et le recel de montres de luxe volées. Parfois, pour un gain dérisoire: un billet de 10 francs ou une bouteille de whiskey.

Le jeune homme sévit même le soir de Noël. Le 24 décembre 2015, il s’introduit dans le Centre sportif de la vallée de Joux au Sentier où se trouve la patinoire. Une fois à l’intérieur, l’alarme de la porte du guichet de vente qu’il vient de forcer se déclenche à 23 h 59. Une minute avant la messe de minuit. Un agent de sécurité privée intervient alors sur les lieux sans pouvoir interpeller le cambrioleur.

Nombreux commerces cambriolés

La liste est longue des adresses qui ont été visitées par Pedro, souvent avec le même complice. Il y a une boulangerie, des restaurants, une cordonnerie, un centre espagnol, une gare, un espace pour jeunes, un salon de coiffure, un cinéma. Tard le soir, les malfrats qui ne sont pas motorisés se permettent de voler un vélo ou un vélomoteur pour rentrer chez eux et ensuite l’abandonner dans un pré.

Pedro se professionnalise avec le temps. Il s’habille en noir pour mieux se fondre dans la nuit. Il porte des gants pour ne pas laisser d’empreinte. Le cambrioleur planifie les opérations. En juillet 2015, il s’introduit en plein jour au domicile privé d’un bijoutier de la vallée de Joux. Un complice lui avait fourni les plans détaillés de l’intérieur de la villa. Pedro y dérobe des montres de prestige numérotées. Il dit avoir écoulé ce matériel dans les rues de Lausanne pour plusieurs milliers de francs.

Pedro a traumatisé la Vallée. Les Combiers que nous avons rencontrés la semaine dernière ne se souviennent pas de son visage. Mais ils connaissent «l’oiseau» et ses allers et retours avec la case prison. Dans le village des Bioux, où il est domicilié, les habitants verrouillent désormais leur voiture. Ce qu’ils ne faisaient pas auparavant. Un résident du Sentier nous raconte que les gens du coin ont pris l’habitude de récupérer leur vélo volé, derrière la maison des parents de Pedro.

«Un garçon agité, mais gentil»

Un cambrioleur en série ne devient pas automatiquement un meurtrier: comment expliquer ce passage à l’acte? «Je ne me l’explique pas. C’était un garçon agité, mais si gentil. Il a une gueule d’ange», affirme la maman d’un de ses copains. Tout le monde rappelle la bonne réputation de la famille. Le père de Pedro a fait carrière dans la fabrication horlogère. Il a construit une villa de deux étages au bord du lac de Joux. «Malgré cela, leur garçon a mal tourné. Ils ne savaient qu’en faire», dit un voisin. D’autres documents de justice, plus récents, dévoilent l’évolution criminelle de Pedro. En 2017, il se promène avec un personnage qui exhibe un pistolet soft air SIG Sauer P229. Cette arme, qui peut être confondue avec une vraie, a été saisie par la police dans l’enceinte de l’école du Sentier. En novembre 2017, le segundo espagnol participe au tabassage d’un jeune homme dans un train entre Le Sentier et Le Lieu.

Depuis plusieurs mois, Pedro avait changé. Il se concentrait sur le trafic de cannabis. Le jeune homme achetait à crédit la marchandise qu’il revendait à la Vallée. Mais le dealer en voulait toujours plus. Il avait commencé à «carotter» (ndlr: voler) ses grossistes, explique une connaissance. La victime d’Yverdon vendait-elle en gros? A-t-elle tenté de se défendre avant d’être abattue? Les autorités devront, entre autres questions, y répondre. Elles devront aussi expliquer comment les institutions ont encadré ce récidiviste qui est devenu un tueur. Le Ministère public n’a voulu faire aucun commentaire. Tout comme les parents du coupable présumé et de sa victime.

*Prénom d’emprunt (TDG)

Créé: 01.12.2018, 23h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...