Passer au contenu principal

La spiritualité transforme le cerveau

Prier et méditer, des pratiques passives? Non, répond la science: elles activent fortement certaines zones cérébrales. Avec de l’entraînement, elles sont même capables de créer de nouvelles connexions entre les neurones.

Les moines bouddhistes, qui pratiquent assidûment prière et méditation, intéressent beaucoup les scientifiques.
Les moines bouddhistes, qui pratiquent assidûment prière et méditation, intéressent beaucoup les scientifiques.
Ulet Ifansasti/Getty, Vanessa Cardoso

Prendre le temps de s’arrêter. Se connecter avec le dieu auquel on croit, avec soi-même ou le moment présent. Les pratiques spirituelles sont aussi anciennes que l’être humain lui-même. Mais ce n’est que depuis les années 70 qu’elles intéressent véritablement les neuroscientifiques. Il est désormais prouvé que des activités telles que la prière ou la méditation ont des effets directs sur le cerveau. Pratiquées à haute dose, elles sont même capables de transformer la structure cérébrale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.