Passer au contenu principal

La solitude de l'élu devant l'abattage des arbres

Forêt du Flon «sauvée», à Lausanne, polémiques sur l’abattage d’arbres à Genève: face aux politiques, les troncs vénérables sont les nouvelles vaches sacrées de l’urbanisme.

En 2019, Lausanne a délivré 343 autorisations d’abattage d’arbres, et annoncé 379 compensations dans l’espace public.
En 2019, Lausanne a délivré 343 autorisations d’abattage d’arbres, et annoncé 379 compensations dans l’espace public.
Laurent Guiraud

C’est l’instant juste avant que la bûche ne s’enflamme pour de bon. Une petite fumée chaude, à peine une braise. C’était sans doute cette photo, fin septembre, où le Vert Antonio Hodgers, président du Conseil d’État genevois, posait dans la «Tribune de Genève» aux côtés du conseiller administratif PDC de la Ville, Guillaume Barazzone: ils étaient assis sur des troncs de bois coupés. Il était pourtant question, dans un contexte ou des abattages ont irrité la population, qui s’est parfois mobilisée, de défendre les arbres contre les places de parc, ou les projets de construction, mais l’image avait intrigué.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.