Passer au contenu principal

Les préadolescents ne bougent plus assez

Selon une étude réalisée par l’Université de Genève, les enfants perdent l’envie de se dépenser, dès l’âge de 9 ans déjà. Implications et solutions.

Il est capital pour un enfant d’être actif physiquement.
Il est capital pour un enfant d’être actif physiquement.
m@t.d/Alamy Stock Photo

C’est un fait. Nous vivons dans une société de plus en plus sédentaire, ce qui entraîne de nombreux problèmes de santé. Une tendance qui n’épargne pas les plus jeunes, eux-mêmes très exposés au surpoids (qui touche environ 16% des Suisses de 6 à 12 ans).

On sait que l’adolescence marque un tournant par rapport au plaisir de bouger. Puberté, redéfinition de l’image corporelle, focus sur la réussite scolaire, importance croissante des pairs, fascination pour les écrans, etc., détournent bien souvent l’adolescent de la pratique d’une activité physique. D’où un constat implacable: plus les enfants grandissent, moins ils sont actifs physiquement.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.