En politique, le tournesol a le pistil à gauche

Le triomphe électoral des Verts s’est accompagné d’une floraison d’hélianthes. En Suisse comme ailleurs, la politique se fait aussi avec des fleurs.

Pour les militants écologistes fêtant la vague verte (ici à Genève), tournesol et drapeaux sont indissociables.

Pour les militants écologistes fêtant la vague verte (ici à Genève), tournesol et drapeaux sont indissociables. Image: Magali Girardin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tous ces tournesols! Dimanche dernier, on les a vus se presser en foule à Genève, Lausanne, Sion, Neuchâtel… Partout où les Verts ont raflé la mise, les têtes ensoleillées se balançaient au-dessus des élus euphoriques. On avait presque l’impression que les fleurs elles-mêmes iraient siéger à Berne.

À Lausanne, le bouquet de tournesols dans les bras de la Verte Adèle Thorens contrastait singulièrement avec la rose esseulée que tenait, à côté d’elle, la socialiste Ada Marra. Triomphe des Verts, branlée du Parti socialiste, tout était résumé dans cette image. En politique comme en amour, beaucoup de choses peuvent se dire avec des fleurs.

La rose solitaire de la socialiste Ada Marra (à dr.) faisait pâle figure à côté de la brassée de tournesols de la Verte Adèle Thorens, le 20 octobre dernier, à Lausanne. Photo: Keystone/Laurent Gillieron.

Cela ne date pas d’hier. En France, la politique florale existait déjà au début du XIXe siècle, quand la violette était devenue le signe de ralliement des bonapartistes, tandis que les royalistes s’accrochaient à leur fleur de lys. En Allemagne, Hans et Sophie Scholl avaient donné le nom de la Rose blanche au groupe de résistants au nazisme qu’ils avaient créé, en 1942.

Plus près de nous, la tulipe a eu son heure de gloire, en 2005, au Kirghizistan, quand elle a été associée à la révolution contre le président Askar Akaïev. Puis, en 2010, le jasmin a été enrôlé par les Tunisiens qui ont «dégagé» le président Ben Ali.

Adopté dans toute l’Europe

Sans doute serait-il aventureux de faire le tri entre fleurs de droite et celles de gauche. Il en est toutefois, comme l’œillet, qui ne penche guère à droite. Le peuple de gauche est encore ému quand il songe à ces journées d’avril 1975, où les Portugais fleurissaient les fusils des militaires insurgés: la Révolution dite des œillets a mis fin à la dictature salazariste. Mais la rose, elle aussi, a le pistil à gauche. Comme le tournesol, dont les écologistes de droite s’abstiennent de faire usage.

En réalité, le tournesol des Verts résulte d’une invasion allemande réussie. Ce sont les Grünen qui l’ont d’abord adopté dans leur combat antinucléaire. Plante héliotrope (dont les feuilles se tournent vers le soleil), l’Helianthus annuus était le candidat rêvé pour incarner les promesses de l’énergie solaire.

Le tournesol écolo va pousser ensuite dans toute l’Europe. En France, en Roumanie, en Irlande, au Portugal, en Grèce… Et, bien sûr en Suisse, où il a fleuri dimanche. Curieusement, seuls les Verts suédois lui ont préféré une autre fleur: le pays de Greta Thunberg a jeté son dévolu sur le pissenlit.

À Genève, c’est l’alliance de gauche dans les bouquets brandis par Carlo Sommaruga et Lisa Mazzone. Photo: Magali Girardin.

Politiquement, le message du tournesol pourrait laisser planer des doutes: au fond, l’héliotropisme est une forme de suivisme. Mais ne lui faisons pas de mauvais procès; il est un véritable écolo.

Au Japon, après la catastrophe de Fukushima, on s’est mis à planter des tournesols dans les zones contaminées: des études scientifiques montrent en effet que cette plante n’est pas antinucléaire pour des prunes, puisqu’elle permet de réduire le césium radioactif présent dans les sols.

En Suisse, l’avenir dira si les Verts sauront se montrer à la hauteur de leurs formidables tournesols.

Créé: 27.10.2019, 08h31

Articles en relation

Défaits, les socialistes genevois font leur mea culpa

Élections fédérales Élections sans pitié pour les socialistes: leurs amis Verts leur ont coupé l’herbe sous le pied. Les battus reviennent sur leur échec. Plus...

Les sortants PDC et PS sont prêts à en découdre

Fédérales 2019 A Fribourg, les candidatures des deux sortants pour le Conseil des Etats, si 2e tour il y a, sont maintenues. La tenue ou non de ce scrutin dépendra de la décision du PLR mardi. Plus...

Philippe Nantermod renonce au 2e tour

Fédérales 2019 L'assemblée générale extraordinaire du PLR juge les chances de son poulain trop faibles. Le Valaisan Philippe Nantermod se retire donc de la course. Plus...

Les communes genevoises qui sortent du lot

Élections fédérales Puplinge, Presinge et Versoix constituent les municipalités genevoises les plus Vertes. La palme de la citoyenneté revient, elle, à Troinex. Plus...

Le nouveau parlement inquiète les patrons

Élections fédérales Le Centre patronal, de même que l’USAM, privée de ses relais à Berne, craignent pour les PME. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dix écoles genevoises cambriolées
Plus...