La planète bleue submergée par les déchets plastiques

Alerte plastiqueDésormais, une grande partie des étendues d’eau sont contaminées par des microparticules de plastique. Une pollution dont les risques pour la santé humaine pourraient être ravageurs. Cet article est le premier d'une série sur le thème «Alerte plastique».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À quelques heures des sublimes plages hawaïennes, en plein Pacifique Nord, flottent des milliards de déchets, pour la plupart faits de plastique. Au gré des courants marins, circulaires et immuables, ces derniers finissent piégés dans des tourbillons géants baptisés «gyres», en référence au mot grec rotation. Une sorte de soupe géante, éparse, répugnante et surtout mortelle pour une grande partie de la faune marine. La taille de ces gyres est telle que les chercheurs parlent de «continents de plastique».

Il est nécessaire d’utiliser le pluriel, car désormais une grande partie des étendues d’eau de la planète sont atteintes, à tel point que certains scientifiques estiment qu’une «nouvelle espèce», certes non vivante, a envahi la planète. D’ici à quelques années, si rien n’est fait, les poissons avaleront autant de plastique que de planctons.

Cette pollution ne se limite d’ailleurs pas à l’eau salée, puisque les fleuves et les lacs sont tout également touchés. Prenez le Léman: une étude, réalisée par l’Université de Genève et parue mi-avril dans la revue Frontiers in Environmental Science, a prouvé que l’une des plus grandes étendues d’eau potable d’Europe était atteinte.

Le plastique, l’invention miracle du milieu du siècle passé, s’est donc transformé en un fléau sur lequel l’homme semble n’avoir plus aucun contrôle. «Aujourd’hui, il est difficile de trouver un endroit sur terre sans plastique. Nous sommes en train de plastifier notre planète», alertait Heather Leslie, toxicologue à l’Université libre d’Amsterdam, dans un documentaire diffusé par Arte. Les recherches les plus récentes le prouvent, à l’instar du vortex du Pacifique Nord, le plus grand du monde.

D’après une autre étude récente, menée par une équipe de biologistes marins et publiée dans la revue Scientific Reports, son étendue serait «4 à 16 fois plus vaste que prévu», et elle atteindrait la taille cumulée de la France, de l’Allemagne et de l’Espagne. Ce qui équivaut à une décharge marine géante d’environ 1,8 trillion de déchets. Et chaque année ce sont de 8 à 10 millions de tonnes supplémentaires qui sont déversées dans les océans, soit le contenu d’un camion-poubelle chaque minute.

«La situation est dramatique et nécessite d’agir au plus vite pour protéger l’environnement du plastique», estime Pascal Blarer, spécialiste de cette matière synthétique au WWF Suisse.

Après s’être voilé la face durant des années, les gouvernements commencent à s’alarmer face à l’ampleur de cette pollution. Car, en se décomposant, la matière synthétique se transforme en microfibres de plastique, dont la récupération est actuellement impossible. Le problème est que ces particules finissent par se retrouver dans l’estomac des planctons et autres petits poissons, puis dans celui de prédateurs de plus grande taille tels que dorades, espadons et autres espèces marines dont l’homme raffole.

Des recherches ont démontré que cette source de pollution ne concerne plus uniquement les poissons pêchés: elle se retrouve dans d’autres aliments. En Allemagne, des recherches ont récemment découvert la présence de microfibres de plastique dans la bière, le miel, le sel de mer et surtout dans l’eau. Avec quelles conséquences pour la santé? Pour le moment les études sérieuses sont encore trop rares pour l’estimer clairement.

Miel européen contaminé

Comme en Allemagne en 2013, la France s’est rendue compte des menaces que représentent les déchets plastiques sur la chaîne alimentaire. En passant au crible douze miels (conventionnel ou bio), le magazine 60 millions de Consommateurs a découvert que l’ensemble des échantillons étaient contaminés par des microplastiques! Dispersées dans la nature, ces microfibres seraient collectées par les abeilles en même temps que le pollen. En Suisse, aucune étude de la sorte existe, mais il est fort probable que nos miels soient aussi touchés.

500 millions de pailles

D’après certaines études, les Américains en utiliseraient autant par jour. Aussi légère et petite soit-elle, la paille est un fléau environnemental, faisant par exemple partie des détritus les plus ramassés sur les plages. Conscientes du problème, certaines villes américaines (Seattle ou Malibu) l’ont interdite. Une piste que compte suivre la Grande-Bretagne, le plus gros consommateur de pailles d’Europe avec 8,5 milliards par année. Une décision anticipée par McDonald’s Angleterre, qui n’utilisera plus que des pailles en papier dès le mois de mai. «Une solution à l’étude en Suisse», assure le géant du fast-food.

Le prochain épisode de cette série «Alerte plastique» sera publié lundi dans «24 heures» et la «Tribune de Genève». Il s’intitule: «La panique plastique gagne l’Europe depuis que la Chine ne veut plus de ses déchets». (TDG)

Créé: 28.04.2018, 22h44

Les chiffres

340 milliards

L'industrie du plastique en Europe pèse lourd en termes de revenus d'abord, mais également en ce qui concerne l'emploi. en tout, 60'000 entreprises y sont actives et donnent du travail à 1,5 millions de personnes.

125 kilos de plastique

La consommation moyenne de plastique des Suisses, dont 45 kilos rien que pour les emballages. En tout, cela aboutit à un total d’environ 800 000 tonnes par an, dont 80% sont incinérées et seulement 80 000 tonnes recyclées.

Emballage: 39,4%

L’industrie de l’emballage exploite de nos jours la plus grande partie du plastique produite et utilisée par l’homme. À titre de comparaison, cela représente le double du secteur de la construction (20% environ) et quatre fois plus que la branche automobile (8,3%). Si cette industrie poursuit sur cette voie, – en moyenne elle croît de 5% chaque année –, elle pourrait générer 310 millions de tonnes de plastique en 2050 (contre 78 millions en 2013).

56% des déchets plastiques exportés en Chine

En quelques années l’Empire du Milieu est devenu non seulement la plus grande décharge de la planète, mais aussi sa plus grosse source de pollution. En tout 86% des déchets plastiques finissant dans les mers proviendraient de cinq cours d’eau asiatiques, dont quatre seraient chinois.

Décomposition: 450 ans

C'est le temps de dégradation nécessaire aux déchets plastiques pour se décomposer dans l'eau. À titre de comparaison, un mégot (un autre fléau pour la nature) met de 1 à 3 ans pour arriver au même résultat, les boîtes de conserve ont besoin d'une cinquantaine d'années et le verre plus de 4000 ans.





Articles en relation

Londres veut bannir les pailles à tout jamais

Pollution Le gouvernement britannique entend interdire la vente de pailles en plastique et d'une série d'objets à usage unique. Plus...

Une enzyme mangeuse de plastique a été créée

Pollution Des scientifiques ont mis au point une enzyme capable de s'attaquer au plastique. Une découverte qui pourrait réduire l'impact de cette matière sur l'environnement. Plus...

Du plastique recyclé pour construire des routes

Ghana Un ingénieur a eu l'idée de recycler le plastique pour fabriquer des pavés destinés à la construction de routes ghanéennes. Plus...

Les Suisses ont délaissé les sacs plastiques en 2017

Consommation La consommation de sacs en plastique jetables a chuté de plus de 84% en un an. L'objectif initial de baisse de 70% à 80% d'ici 2025 a donc été atteint bien plus tôt que prévu. Plus...

Un cachalot ingère 29 kilos de plastique et meurt

Espagne Un jeune physeter macrocephalus mesurant près de 10 mètres s'est éteint faute d'avoir pu digérer toute la matière incongrue avalée lors de ses pérégrinations maritimes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

USA: les enfants de migrants séparés de leurs parents
Plus...