Passer au contenu principal

La peur laisse des traces dans notre cerveau

Cette découverte ouvre la piste à des traitements contre les phobies et les syndromes de stress post-traumatique.

La plupart des événements traumatiques restent dans la mémoire sur le long terme, avec une grande précision.
La plupart des événements traumatiques restent dans la mémoire sur le long terme, avec une grande précision.
Science Photo Library/Getty Images

Sans peur, l’être humain ne pourrait survivre. Elle permet de réagir immédiatement face au danger, mais aussi d’apprendre à mieux se protéger. Et cet apprentissage se fait par la modification de certaines zones du cerveau. Depuis plusieurs années, les scientifiques ont en effet découvert que les événements de peur intense créent des «engrammes», c’est-à-dire de véritables traces biologiques dans notre cerveau. Après un traumatisme, des voies d’information entre des groupes de neurones sont renforcées dans des zones précises. De nouveaux circuits apparaissent, qui constituent la mémoire de l’événement.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.